NOUVELLES

Le recomptage électoral reprend en Afghanistan après une période de congé

03/08/2014 05:25 EDT | Actualisé 03/10/2014 05:12 EDT

KABOUL - Un deuxième dépouillage des bulletins de vote du deuxième tour de la présidentielle afghane a repris, dimanche, après une pause, a annoncé un responsable électoral.

Cette vérification de plus de huit millions de voix prendra sans doute plusieurs semaines, ralentissant encore plus l'annonce déjà retardée de l'identité de l'homme devant remplacer Hamid Karzaï, le seul leader qu'a connu le pays depuis l'invasion occidentale de 2001 qui a expulsé les talibans.

Les résultats préliminaires du second tour du 14 juin indiquaient que l'ancien ministre des Finances Ashraf Ghani Ahmadzaï était fortement en avance sur son rival, l'ex-ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah, mais les deux camps crient à la fraude.

Selon le porte-parole de la commission électorale afghane Noor Mohammad Noor, cette vérification, qui demeurera ouverte au public, a débuté dans l'après-midi, bien qu'elle dût commencer une journée plus tôt.

Au cours d'une conférence de presse, il a précisé que des observateurs locaux et internationaux supervisaient le dépouillement en compagnie de journalistes, en plus de représentants de l'équipe de M. Ahmadzaï. Abdullah Abdullah n'a pas dépêché d'observateurs.

Samedi, un responsable onusien a fait savoir que des requêtes de l'équipe de ce candidat avaient retardé la reprise du décompte des voix.

De son côté, l'équipe en question a qualifié l'audit de «poudre aux yeux», dimanche, et a maintenu que l'élection était grevée par la fraude. L'organisation a diffusé un enregistrement où une voix, appartenant, dit-on, au deuxième vice-président du pays, assure ses partisans que M. Ghani Ahmadzaï remporterait l'élection parce qu'il a l'appui des étrangers et de Karzaï.

Le bureau de ce vice-président a par la suite dénoncé l'enregistrement comme étant un faux.

Un haut responsable du département d'État américain a indiqué que le secrétaire John Kerry avait appelé les deux rivaux, vendredi, pour manifester son soutien continu envers le processus électoral afghan, ainsi que pour une entente-cadre visant à former un gouvernement d'union nationale, deux dossiers ayant fait l'objet d'un accord au cours de sa précédente visite.

M. Kerry a rappelé aux deux candidats que l'Afghanistan et ses partenaires internationaux avaient besoin de clarté dans ce processus, en plus de nécessiter une confiance envers le fait que les deux candidats et leurs partisans puissent travailler ensemble sans égard à l'identité du vainqueur, afin de mettre en place des réformes.

PLUS:pc