NOUVELLES

Ebola: l'état du médecin américain infecté paraît s'améliorer (autorités)

03/08/2014 10:36 EDT | Actualisé 03/10/2014 05:12 EDT

L'état du médecin américain Kent Brantly, infecté en Afrique par le virus Ebola et rapatrié aux Etats-Unis par avion sanitaire samedi pour y être traité, "paraît s'améliorer", a indiqué dimanche un haut responsable sanitaire.

"C'est encourageant car son état de santé paraît s'améliorer (...) et nous espérons qu'il va continuer à aller mieux", a dit le Dr Tom Frieden, directeur des Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), interrogé sur la chaîne CBS sans vouloir se prononcer à ce stade sur le pronostic.

"Je ne peux pas prédire l'évolution de l'état de chaque personne malade mais nous suivons cela de très près", a-t-il ajouté.

Le Dr Kent Brantly, 33 ans, dont l'état était encore jugé stable mais grave vendredi, est sorti de l'ambulance en marchant samedi à son arrivée à l'hôpital de l'Université Emory, enveloppé dans une épaisse combinaison et aidé par une autre personne également protégée qui l'a guidé jusqu'à l'entrée du bâtiment.

Amber Brantly, l'épouse du médecin malade, a dit dans un communiqué avoir pu s'entretenir avec son mari, qui s'est dit "heureux d'être aux Etats-Unis".

Elle a aussi "remercié Dieu de lui avoir donné la force de marcher pour entrer à l'hôpital".

Outre le Dr Brantly, une de ses assistantes, l'américaine Nancy Writebol, a contracté le virus Ebola et doit être rapatriée aux Etats-Unis dans les prochains jours pour être traitée dans le même hôpital, l'un des quatre dans le pays spécialement équipé pour traiter en isolement ce type de malade.

Tous deux travaillent pour l'organisation caritative Samaritan's Purse au Liberia, un des trois pays avec la Sierra Leone et la Guinée qui font face à une épidémie d'une ampleur sans précédent d'Ebola, responsable de 729 morts sur les quelque 1.300 cas d'infection depuis mars.

Le patron des CDC a également souligné dimanche sur CBS que l'épouse du Dr Brantly et ses deux enfants, qui lui avaient rendu visite au Liberia, n'étaient pas en danger d'avoir été contaminés.

"Nous savons qu'ils n'ont pas été en contact avec lui quand il était malade", et tant qu'une personne ne présente pas de symptômes elle n'est pas contagieuse, a expliqué le Dr Frieden.

Celui-ci a rappelé que le virus Ebola ne se transmet pas aisément, seulement par contact direct avec des fluides corporels.

Une personne qui a été en contact avec un malade souffrant d'Ebola est suivie pendant 21 jours, période d'incubation maximale, pour voir si des symptômes apparaissent comme de la fièvre, des douleurs musculaires, des diarrhées ou des vomissements.

Le Dr Frieden a souligné qu'Ebola était une "maladie qui fait peur" vu son taux élevé de mortalité, qui varie de 60 à 90%. Mais il "est possible d'arrêter sa propagation en Afrique, la source de l'épidémie où nous accélérons notre réponse".

"Toutefois cela va être difficile puisque l'infection se propage dans plusieurs pays et en menace d'autres en Afrique", a-t-il jugé.

js/bdx

PLUS:hp