NOUVELLES

Cameroun: le président Biya annonce une réorganisation militaire contre Boko Haram

03/08/2014 05:08 EDT | Actualisé 02/10/2014 05:12 EDT

Le président camerounais Paul Biya a déclaré ce weekend avoir dépêché dans l'extrême-nord de son pays le chef d'état-major de l'armée pour réorganiser le dispositif militaire engagé contre les islamistes armés nigérians de Boko Haram.

Il a ajouté que la lutte contre le groupe serait à l'ordre du jour du sommet Etats-Unis Afrique qui s'ouvre lundi à Washington.

"Le chef d'état-major, je l'ai envoyé là-bas (dans la région de l'Extrême-nord, frontalière du Nigeria) pour réorganiser notre dispositif", a indiqué M. Biya dans une déclaration samedi à la presse locale.

"J'ai envoyé des secours, des renforts en hommes et en matériels (...) nous avons renforcé notre potentiel", a-t-il ajouté, précisant qu'il ne pouvait "pas en dire plus".

"Je crois que les jours à venir montreront que nos efforts pour organiser une riposte et une défense de notre territoire sont efficaces", a-t-il assuré, promettant de combattre "cet ennemi sans relâche".

"Ce n'est pas le Boko Haram qui va dépasser le Cameroun. Nous continuons le combat et nous les vaincrons", a-t-il insisté.

M. Biya, dont les interventions devant les journalistes de son pays sont rares, s'exprimait peu avant son départ pour les Etats-Unis où il doit prendre part au sommet organisé par Barack Obama avec une cinquantaine de chefs d'Etat africains.

Lors de ce sommet, une "stratégie régionale" contre Boko Haram devrait être définie, selon M. Biya: "mon voyage me permettra (...) de continuer la lutte (contre Boko Haram) au niveau international. Parce que c'est un mouvement terroriste international, il faut donc aussi le prendre à l'international", a-t-il souligné.

"Nous y verrons (aux Etats-Unis) le Président Goodluck (Jonathan du Nigeria), le président Obama bien sûr, ceux du Niger et du Tchad pour asseoir ensemble une stratégie régionale", a-t-il assuré.

En mai, à la suite d'un sommet tenu à Paris, M. Biya avait officiellement déclaré la guerre à Boko Haram qui sévit dans l'extrême-nord du Cameroun.

"Il y a quelques semaines, nos forces ont marqué des points importants contre le Boko Haram. Mais c'est une lutte longue", a-t-il souligné.

"On a affaire à un ennemi pervers, sans foi ni loi, qui attaque la nuit, qui égorge, et qui a évidemment fait des exactions à Kolofata et à Hile-Halifa", près de la frontière nigériane, a-t-il reconnu.

Le 27 juillet, des islamistes lourdement armés ont attaqué la petite ville de Kolofata, tuant au moins 15 personnes, dont des militaires et gendarmes. Ils ont aussi enlevé plus de 10 personnes, dont l'épouse du vice-Premier ministre chargé des Relations avec les Assemblées, Amadou Ali, et le sultan de Kolofata.

Avant cet assaut, plusieurs militaires ont été tués le 25 juillet à Hile-Halifa lors de sanglants combats entre l'armée camerounaise et des insurgés nigérians.

rek/mc/jlb

PLUS:hp