DIVERTISSEMENT

Osheaga 2014: Outkast offre un retour «fresh and clean» (PHOTOS)

02/08/2014 08:58 EDT | Actualisé 03/08/2014 03:42 EDT
David Kirouac

Bombes musicales sur Montréal! Le duo Outkast était de retour sur scène à Osheaga dans le cadre d’une tournée spéciale soulignant le 20e anniversaire de leur premier album, Southernplayalisticadillamusik. La métropole peut s’estimer très chanceuse d’avoir figuré à la liste des 40 arrêts des deux artistes cet été puisqu’en effet, Outkast avait du pep dans le soulier vendredi soir pour cette première journée du festival.

Le groupe est apparu sur la scène de la Rivière à 21h05 tapant. Big Boi portait un accoutrement d’armée, tandis qu’André 3000 arborait une perruque blanche s’agençant avec une combinaison sur laquelle on pouvait lire « Life is short. Take more baths». Mais les rappeurs n’ont certainement pas pris le temps de mettre le public dans le bain de leur musique, entamant le spectacle par la féroce B.O.B.

La foule qui attendait Outkast était assurément au rendez-vous. Depuis le temps que les rumeurs couraient au sujet de leur reformation (fin 2013), les fans avaient eu le temps de s’échauffer à hurler leurs plus grands succès. Se sont ainsi enchaînées les Gasoline Dreams, ATLiens, Skew It On the Bar-B, Rosa Parks et Ms. Jackson sous les applaudissements nourris des festivaliers.

En duo ou en solo

Tel qu’ils le font désormais dans chacun des concerts de cette tournée, Big Boi et André 3000 ont pris le temps d’offrir quelques pièces en solo. Big Boi a notamment chanté The Way You Move et GhettoMusick où deux jeunes danseurs se sont déchaînés à ses côtés. Pour sa part, André 3000 y est allé d’une portion plus relaxe, interprétant entre autres la langoureuse Prototype. Quelques minutes plus tard, il reprenait la fête de plus belle en invitant quelques jeunes femmes à danser sur scène au son du succès commercial Hey Ya!. «Vous aviez probablement 10 ans quand la chanson est sortie», a lancé le chanteur aux jeunes demoiselles près de lui.

Un gâteau sans chandelles

Musicalement, le duo Outkast a donné un excellent spectacle vendredi soir. Flow impeccable, rythmes soutenus et croustillants, les deux artistes semblaient en grande forme. Il manquait cela dit un petit quelque chose pour créer un événement grandiose. Le décor, sorte de cube avec projections, n’était pas assez exploité et semblait quelque peu trop simple pour une prestation de la sorte. Disons que l’on aurait pu s’attendre à un peu plus d’artifices et d’enrobages.

La reformation d’Outkast étant également assez récente – depuis Coachella en avril dernier - on sent par moment l’impression que les deux vedettes du hip-hop offrent deux performances distinctes, possédant chacun un répertoire qui leur est propre. Il n’y a donc pas de grande chimie et de réelle cohésion entre les deux amis. Mais comment peut-on leur en vouloir ? Après tout, ils n’avaient pas été réunis depuis la sortie d’Idlewild en 2006.

De beaux souvenirs

Somme toute, la foule est repartie sourire aux lèvres de cette soirée au parc Jean-Drapeau. Le duo a proposé quelques classiques avant de quitter la scène. Elevators, Roses et So Fresh, So Clean ont été enchaînées avec tout un mordant de la part de nos deux rappeurs. Les fans ne pouvaient que dire merci pour cette belle et trop courte réunion.

-----

LES MENTIONS DU JOUR

Le spectacle hyperactif : Skrillex

Avec tout l’aplomb et l’énergie qu’on lui connaît, Skrillex est monté sur scène (ou plutôt dans sa navette) en milieu de soirée, présentant son plus récent effort, Recess. En mode «Je-vais-vomir-mes-entrailles-parce-que-j’ai-trop-bu-de-Redbull», le DJ a livré une puissante performance, même si celle-ci était loin de faire l’unanimité. Alors que des milliers de festivaliers se jetaient de tout bord tout côté devant la scène de la Montagne, d’autres avaient la tête basse en attendant que le calvaire se termine pour leurs oreilles chastes. Cela dit, Skrillex a clairement rallié la foule lorsqu’il a présenté ses versions de Circle of Life (The Lion King Soundtrack) et d’Aerodynamic (Daft Punk).

Tu nous avais manqué : Sam Roberts

Comme de vieux amis qui se retrouvent, Sam Roberts a proposé aux Montréalais ses grands succès tels Brother Down et Where Have All the Good People Gone?, en plus de coller à sa perfo quelques nouveaux titres figurant sur Lo-Fantasy. Une heure de pur rock en compagnie d’un musicien authentique et dynamique, le public ne pouvait pas demander mieux de la part de Sam Roberts. Et quelle chimie avec son groupe; le Sam Roberts Band évolue toujours aussi bien.

Fraîcheur garantie : Foster the People

Dans la joie et l’allégresse et ce, malgré les mauvaises nouvelles. Alors que Mark Foster annonçait vendredi matin la destruction de la murale conçue pour l’album Supermodel à L.A., la formation californienne a livré une prestation des plus solides à Osheaga. Laissant une grande place à son premier et excellent opus Torches, le groupe glissait doucement son nouveau matériel, comprenant Coming of Age, Best Friend et l’entraînante Are You What You Want to Be? Enfant terrible du band, Mark Foster animait l’assistance de belle façon. Avec ses haussements d’épaules et ses pas de danse, le chanteur semblait inépuisable.

Voix éreintée, voix en santé : Awolnation VS London Grammar

Avec la voix tout aussi fourche que ses cheveux, Aaron Bruno a présenté quelques pièces de Megalithic Symphony en fin d’après-midi sur la scène de la Montagne. Le public s’époumonait avec lui au son de ses chansons rock et profondes. C’est à parier que ceux qui ont hurlé avec lui n’avaient plus de voix pour poursuivre la journée.

Inversement, Hannah Reid, la chanteuse de London Grammar, a offert la prestation la plus juste de la journée avec sa voix riche et puissante. On pouvait même entrevoir l’artiste boire quelques gorgées de tisane entre ses pièces pour conserver une plus grande maîtrise de son instrument. Beau spectacle de la part de la formation britannique qui a présenté son premier disque If You Wait, paru en septembre 2013. Cela laissait d’ailleurs l’impression que le trio était du festival une année trop tard, puisque leur album a été lancé il y a près d’un an maintenant. Mais bon, mieux vaut tard que jamais!

Osheaga 2014 Jour 2

Osheaga Jour 3

Osheaga 2014


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?