NOUVELLES

Fermeture d'un "dernier show télévisé indépendant" en Russie

02/08/2014 12:52 EDT | Actualisé 02/10/2014 05:12 EDT

Une émission télévisée considérée comme le "dernier show politique indépendant" en Russie a été fermée, provoquant samedi de vives critiques de l'opposition qui y voit une tentative du Kremlin de renforcer le contrôle sur les médias, sur fond de la crise en Ukraine.

L'émission "Nedelia avec Marianna Maximovskaïa" (Semaine avec Marianna Maximovskaïa) diffusée depuis 2003 sur la chaîne privée Ren-TV "a été fermée par la direction de la chaîne", a indiqué à l'AFP l'un de ses journalistes, Roman Souper.

"Les employés travaillant pour l'émission ne s'attendaient point à cela et ont appris la nouvelle hier avec tout le monde", a-t-il précisé dans une déclaration écrite transmise à l'AFP.

Animée par Marianna Maximovskaïa, 44 ans, l'une des journalistes stars de la télévision russe, l'émission se vantait de présenter "le point de vue le plus impartial" sur les actualités en Russie et dans le monde, en parlant "non seulement des succès, mais aussi des erreurs".

Mme Maximovskaïa a notamment interviewé l'ex-oligarque russe et critique du Kremlin Mikhaïl Khodorkovski à Berlin, peu après sa sortie de la prison fin 2013.

La chaîne Ren-TV n'était pas joignable samedi pour des commentaires.

Selon les agences de presse russes, Marianna Maximovskaïa, qui occupe également le poste de rédacteur en chef adjoint de la chaîne, a décidé de désormais se concentrer sur ses fonctions administratives.

Mme Maximovskaïa aura pour tâche d'"attirer de nouveaux spectateurs, nettement plus jeunes" vers la chaîne, a expliqué le service de presse de Ren-TV, cité par l'agence publique de presse ITAR-TASS.

Pour sa part, l'opposition russe sonne l'alarme, y voyant une tentative du Kremlin de faire taire les rares émissions indépendantes en Russie, sur fond de l'aggravation de la crise entre Moscou et l'Occident en raison du conflit en Ukraine.

"Les raisons de la fermeture de notre émission sont si évidentes qu'elles n'ont même pas besoin d'être commentées", estime M. Souper, laissant entendre que l'émission décrite comme "la plus brave" sur le site internet de la chaîne s'était trouvée victime de son esprit indépendant.

"C'est une très mauvaise nouvelle, mais peut-il en être autrement en Russie ?", a écrit pour sa part dans son blog un célèbre journaliste russe, Evgueni Kisselev, qui réside en Ukraine.

Les principales chaînes de télévision en Russie sont contrôlées soit par l'Etat, soit par des oligarques proches du Kremlin et affichent un soutien absolu aux autorités russes depuis le début du conflit en Ukraine.

as-mp/bds

PLUS:hp