DIVERTISSEMENT

Samian au coeur tendre (PHOTOS/VIDÉO)

01/08/2014 07:01 EDT | Actualisé 01/08/2014 09:03 EDT

Le grand retour de Samian, c’était hier soir sur la grande scène de la Place des Festivals. Dans le cadre de Présence autochtone, le rappeur est monté sur cette scène qu’il avait mise de côté, le temps de se ressourcer. Pas peu fier, il a présenté son tout nouvel opus Enfant de la terre, un troisième album, plus personnel, aux allures de confessions et aux textes doux comme des prières.

Un lancement digne des grands

«C’était incroyable! Je n’en reviens pas! C’était l’un des meilleurs, sinon LE plus beau concert de ma vie et de ma carrière, affirme Samian d’emblée lorsqu’on lui demande de décrire le lancement d’Enfant de la terre. Il y avait tellement de monde et il y avait une énergie qui ne se compare à rien d’autre. J’en ai fait des spectacles, et des grosses foules c’est toujours impressionnant, mais hier, c’était spécial. Les gens étaient là, je pense qu’ils voulaient aimer ça et ils nous ont donné tellement d’amour. J’ai été charmé, je suis totalement tombé en amour avec le public. La foule avait une énergie, et nous, on a donné tout ce qu’on avait. J’étais brûlé cette nuit quand je suis rentré», ajoute-t-il en riant.

Des attentes, ses fidèles comparses et lui n’en avaient pas réellement. «On ne savait pas trop à quoi s’attendre, lancer un album en plein été, mais les gens étaient au rendez-vous.» Un rendez-vous légèrement différent de ceux que le rappeur proposait à ses admirateurs avant cette petite trêve, bien méritée.

«On a tourné avec Face à la musique pendant trois ans, puis j’ai pris une année de pause, j’ai décidé d’arrêter. On avait fait beaucoup de spectacles. J’ai eu un effondrement physique et psychologique, spirituel, émotionnel aussi. C’est l’année où mon père est tombé malade, où il a eu un cancer et où il est décédé. J’ai vraiment pris cette année pour me ressourcer, prendre du recul et prendre le temps d’écrire un disque qui me ressemble beaucoup.»

«Enfant de la terre, c’est un album que l’on fait une fois dans sa vie, confie-t-il. Il est très personnel. J’y parle beaucoup de mes émotions, de ma spiritualité, c’est véritablement une grosse partie de moi. L’inspiration de ce disque-là a beaucoup été basée sur la dernière année de ma vie, celle où j’ai eu 30 ans, où je suis devenu adulte et où je me suis posé de nombreuses questions.»

En toute modestie, Samian se dit sincèrement fier du résultat de ces nombreuses années de labeur. «Ça nous ressemble, ça a donné ce qu’on voulait faire, car on s’est vraiment laissé emporter. Horg a fait un travail incroyable. Il a dirigé les musiciens, réalisé l’album et l’a mixé; il est allé au-delà de ce que je pouvais imaginer comme disque. C’est une belle surprise et c’est tout en son honneur.»

L’homme derrière le guerrier

Afin de créer Enfant de la terre, le rappeur algonquin dit avoir puisé dans cette musique qu’il avait à l’intérieur.

«La chanson J’ai besoin, c’est un peu mon intimité. C’est l’histoire d’un gars qui revient d’une tournée et qui a juste besoin de se retrouver. Ce sont tous des textes qui viennent de moi et qui parlent de mes émotions. Lettre à Dieu est un titre beaucoup plus spirituel où j’aborde ma spiritualité. C’est une prière qui est devenue chanson. J’avais envie de montrer une autre facette de moi, montrer l’homme derrière le guerrier.»

Craint-il de voir s’éloigner certains fidèles qui ne jureraient que par le Hip-hop pur et dur? «Pas du tout. Si je perds des gens parce que je parle de moi et de ce que je peux ressentir, tant pis. Ce qui est important pour moi, c’est d’être vrai, de faire MA musique. Toucher le cœur des gens, c’est toujours la même prière que je fais avant de monter sur scène. C’est tout ce que je souhaite.»

Si Enfant de la terre se veut un album beaucoup plus introspectif et doux, les thèmes de l’identité et de la langue, si chers aux yeux de l’artiste, restent toujours des priorités. «Ce sont des thèmes que j’aborde peut-être un peu moins dans cet album, mais je ne mets rien de tout cela de côté, assure-t-il. C’est seulement que j’ai eu besoin de ce temps-là pour écrire cet album. Voilà. Après cela, on continue.»

On peut donc s’endormir sans craindre de ne pas revoir Samian et ses amis Loco Locass sur scène livrer l’excellente La paix des braves. «Cette chanson nous suit tellement et on a tellement de plaisir à la présenter sur scène. Je vais autant la faire lors de leurs concerts qu’ils viennent la faire sur les miens. C’est une chanson qui est toujours actuelle et c’est, toutes les fois, un véritable plaisir de la faire avec mes amis. Nous avons peut-être des opinions politiques et des points de vue différents, mais je me reconnais beaucoup dans ce désir de voir sa culture et son identité à travers la langue que nous partageons. C’est là qu’on se rejoint beaucoup.»

-

En attendant de «laisser l’album faire son bout de chemin avant de monter sur scène» avec Enfant de la terre, Samian fera sa deuxième incursion au cinéma en tant qu’acteur en octobre prochain. «Un film sur le Hip-hop, un beau cadeau, mais il est encore un peu tôt pour en parler», dit-il.

Le documentaire Les sceaux d’Utrecht qu’il anime (portant sur l’impact du traité d’Utrecht sur les Acadiens) sera diffusé sur les ondes de RDI les 25 et 26 août prochain.

Le troisième album de Samian, Enfant de la terre, sera disponible en magasin à partir du 5 août.

Samian sera en spectacle le 2 août au Festival Innu Nikamu de Maliotenam, le 15 août lors du 150e anniversaire de Joliette et le 24 août au Congrès mondial acadien d’Edmundston au Nouveau-Brunswick.

INOLTRE SU HUFFPOST

Samian