NOUVELLES

Les Alouettes doivent «rester positifs tout en étant réalistes» selon Higgins

01/08/2014 11:30 EDT | Actualisé 01/10/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Si le vestiaire des Alouettes de Montréal avait des allures de salon funéraire après leur défaite de 31-5 face aux Argonauts de Toronto, vendredi, le quart Troy Smith était le seul à voir la lumière au bout du tunnel.

Smith, un éternel optimiste, a fait preuve de confiance envers son équipe, en plus de réitérer être le quart des Alouettes.

«Je pense que le vent va tourner parce que je suis le quart de cette équipe, a dit celui qui a partagé son poste derrière le centre avec Alex Brink au cours de la rencontre. Il n'y a pas d'espace pour penser autrement. Je vais être et demeurer positif.

«Nous devons continuer à aller de l'avant, retourner à la table à dessin. Oui, cette défaite fait mal, mais nous devons prendre le médicament.»

Le ton était complètement différent dans les autres coins du vestiaire.

«Nous avons des choses à régler, nous sommes coincés, a dit le receveur vétéran de 12 saisons Dave Stala. Nous avons inscrit un total de 10 points lors de nos deux derniers matchs. C'est terrible. Vous devez marquer au moins 30 points pour gagner dans la LCF. Si nous en marquons cinq ou 10, ce n'est pas assez.

«Je ne vais pas pointer le doigt avant d'avoir vu la vidéo du match. Nous devons mieux protéger le quart, le quart doit mieux nous lancer le ballon et nous devons être au bon endroit.»

Même son de cloche du côté de la défensive.

«C'est frustrant, a déclaré le secondeur Chip Cox. Il n'y a pas de mots. Nous ne pouvons pas blâmer quiconque. Nous devons rester unis parce que nous sommes une équipe.

«Il n'y a pas de lumière, nous devons creuser.»

Même l'entraîneur-chef Tom Higgins, habituellement un éternel optimiste, avait de la difficulté à trouver des choses positives à dire.

«Vous voulez rester positifs, mais être réalistes, a-t-il dit. Je recherche toujours le positif, mais présentement, c'est difficile à faire. D'autres équipes ont connu de pires débuts de saison. Présentement, ça ne va pas bien et ça ne s'annonce pas bien.»

PLUS:pc