NOUVELLES

Le Liban a fait parvenir l'ADN des proches des victimes du crash d'Air Algérie

01/08/2014 12:53 EDT | Actualisé 01/10/2014 05:12 EDT

Le Liban a transmis l'ADN des parents de 20 passagers originaires de ce pays tués dans le crash d'un avion d'Air Algérie, au dessus du Mali, le 24 juillet, a indiqué vendredi à l'AFP le ministère des Affaires étrangères.

Le Mali dirige l'enquête sur cet accident qui a coûté la vie à 118 passagers, dont 20 Libanais qui avaient pour la plupart une double nationalité.

Une source au ministère libanais a indiqué que le médecin Fouad Ayoub avait déposé en France les ADN des parents des victimes, après s'être rendu dimanche au Mali avec une délégation libanaise.

L'attente est dure pour les parents des disparus, comme Fatima Basma, 23 ans, dont la soeur Randa et ses trois enfants ont péri.

"Un grand malheur nous a frappés. Elles (les autorités libanaises) nous ont dit que la France tente de retrouver les morceaux des corps? J'espère qu'ils retrouveront ceux de ma soeur pour que je puisse l'enterrer ici", dit-elle à l'AFP.

Vêtue de noir dans sa modeste maison de Srifa, au Liban-sud, elle récite le Coran, en recevant avec son autre soeur les condoléances.

Dans la localité de Haris, également au Liban-sud, la famille de Mounji Hassan reçoit aussi les condoléances après la mort de ce dernier, de sa femme et de ses quatre enfants.

Les accidents d'avion ont déjà frappé durement cette famille car le beau frère de Mounji, Saïd Zahawi, a été une des victimes du crash d'un avion de l'Ethiopian Airlines après son départ de Beyrouth en 2010.

Le frère de Mounji, Hassan, 41 ans, pleure en décrivant la terrible attente. "Nous espérons que les autorités française retrouveront leurs dépouilles pour qu'elles reposent à côté de celle de Saïd", dit-il.

"Nous voudrions pouvoir nous recueillir sur leurs tombes" ajoute-t-il.

Le ministre libanais des Affaires étrangères Gebrane Bassil a indiqué aux familles que le gouvernement fera tout son possible pour rapatrier les restes des victimes.

Il n'y a eu aucun survivant parmi les 118 personnes qui étaient à bord de l'avion, dont 54 Français. L'avion, un McDonnell Douglas MD-83, avait été affrété par Air Algérie auprès de la société espagnole SwiftAir.

Selon le colonel Patrick Touron, directeur adjoint de l'institut de recherches criminelles de la gendarmerie française, interrogé plus tôt cette semaine par l'AFP, les experts n'ont vu "aucun corps intègre" mais "des corps profondément fragmentés et aucun n'était identifiable par des mesures classiques de médecine légale, de dentisterie légale, ni même d'empreintes digitales".

jq-kam/sah-sk/hj

PLUS:hp