NOUVELLES

Helen Mirren craint que des vacances lui fassent oublier son métier

01/08/2014 10:55 EDT | Actualisé 01/10/2014 05:12 EDT

LOS ANGELES, États-Unis - Helen Mirren baisse la voix et fait une confidence: lorsqu'elle s'amuse beaucoup sur un plateau de tournage, comme ça lui est arrivé avec «The Hundred-Foot Journey» («Le voyage de cent pas»), elle craint que le film soit mauvais.

La Britannique de 69 ans affirme également qu'elle s'inquiète lorsqu'elle prend des vacances, craignant d'oublier comment pratiquer son métier.

Ses 45 années de carrière devraient pourtant pouvoir la rassurer.

Dans «The Hundred-Foot Journey», Mirren tient le rôle de Madame Mallory, une restauratrice capricieuse qui considère des asperges trop cuites comme un affront personnel. Son restaurant étoilé, situé dans un petit village français au décor de carte postale, fait partie des établissements les plus célébrés en France, et Mallory dirige d'une main de fer le personnel de sa cuisine. Sa froideur deviendra glaciale lorsqu'une famille indienne ouvrira son propre restaurant, la colorée Maison Mumbai, de l'autre côté de la rue.

Bien que Mirren ait été prête à prendre une pause après avoir participé à la pièce de Peter Morgan «The Audience», à Londres, elle ne pouvait refuser le rôle dans «The Hundred-Foot Journey». Non seulement était-il dirigé par de grands noms — Steven Spielberg et Oprah Winfrey à la production, Lasse Hallstrom à la réalisation —, le projet a permis à l'actrice de réaliser un rêve qu'elle caressait depuis longtemps.

«J'ai toujours secrètement souhaité être une actrice française, mais je n'ai jamais vraiment réussi», confie-t-elle.

Pour ajouter au charme du projet, le tournage a eu lieu dans un village bucolique du sud de la France et sa covedette Om Puri, qui tient le rôle du patriarche de la famille indienne, cuisinait des plats maison pour l'équipe chaque soir.

«C'était l'une de ces expériences absolument bénie», raconte Mirren, le genre d'expérience qui lui fait généralement douter de la qualité d'un film. Mais elle repousse rapidement cette crainte. «Nous avions Lasse, et Lasse était notre arme secrète.»

Le réalisateur croit que Mirren contribuait à créer de la magie sur le plateau.

«Elle est tellement intelligente et habile, s'exclame-t-il. Elle connaît tout ce qu'il y a à savoir sur le tournage d'un film.»

Ce qu'elle ne sait pas, c'est comment se sentir à l'aise entre deux projets. Le repos la rend anxieuse, elle craint de perdre sa concentration et d'oublier comment jouer le personnage qu'elle doit interpréter.

Mirren raconte que lorsqu'elle voit des films ou des pièces de théâtre, elle est épatée par le travail des autres acteurs et craint de ne plus pouvoir livrer la marchandise.

«Et puis j'ai un projet qui commence et je me sens très nerveuse parce que je me dis que je ne peux pas le faire, explique-t-elle. Puis le tournage commence et je réalise: "Oh oui, je le peux. C'est ce que je fais. C'est mon travail.»

«The Hundred-Foot Journey» prendra l'affiche le 8 août.

PLUS:pc