NOUVELLES

France: découverte des restes de cinq soldats allemands de la Grande Guerre

01/08/2014 02:54 EDT | Actualisé 01/10/2014 05:12 EDT

Les ossements de cinq soldats allemands probablement tués dans des combats en Champagne pendant la Première guerre mondiale, en 1915, ont été mis au jour vendredi près de Massiges, dans l'est de la France, par les anthropologues du service régional d'archéologie.

Cette découverte survient le jour du centième anniversaire de la mobilisation française de 1914.

"Les corps emmêlés les uns aux autres ont été probablement inhumés à la hâte dans une fosse située à une entrée de tranchée ou de boyau", a expliqué Yves Desfossés, qui dirige le service régional d'archéologie.

Ce sont les membres de l'association "La main de Massiges" qui restaurent les tranchées du secteur qui ont alerté les archéologues après la découverte d'une botte dépassant de la terre.

Selon M. Desfossés, les soldats ont probablement été tués en février 1915.

"Vu la violence des affrontements, les Allemands ne peuvent pas évacuer les corps des soldats tués et les enterrent sommairement pour éviter qu'ils ne se décomposent à la vue des combattants", a-t-il ajouté.

"Nous n'avons pas trouvé de plaques d'identification, mais on sait qu'ils ont été inhumés par leurs concitoyens car il y a divers objets comme des casques à pointe qui auraient disparu si des Français s'en étaient chargés", a souligné l'archéologue.

Les ossements vont être confiés au Centre de recherche scientifique de Marseille (sud-est) pour étude avant d'être restitués aux sépultures militaires allemandes, a-t-il indiqué.

En juillet 2013, les restes d'un soldat français tué en février 1915 à l'âge de 21 ans, avait déjà été découverts dans le même secteur par les membres de la "Main de Massiges".

Le tocsin a retenti un peu partout en France vendredi, pour le centième anniversaire de la mobilisation de 1914, qui précéda de deux jours l'entrée en guerre de la France.

Cette initiative a marqué le début de trois jours de commémorations en France. Cent ans jour pour jour après la déclaration de guerre de Berlin à Paris, les présidents français François Hollande et allemand Joachim Gauck poseront dimanche la première pierre d'un historial franco-allemand dans l'est de la France.

aj/ngu/blb/bds

PLUS:hp