NOUVELLES

Vol MH17 : les experts britanniques ont commencé à extraire les données des boîtes noires

23/07/2014 01:07 EDT | Actualisé 22/09/2014 05:12 EDT

Les experts du Bureau d'enquête britannique ont commencé mercredi après-midi à extraire les données des deux boîtes noires de l'avion de la Malaysia Airlines, qui s'est écrasé jeudi dans l'est de l'Ukraine, a annoncé le ministère britannique des Transports.

L'AAIB, le Bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens, "est en train d'extraire les données qui vont alimenter l'enquête internationale", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère britannique des Transports.

Les deux boîtes noires de l'avion malaisien ont été transmises par les enquêteurs du Bureau pour la Sécurité néerlandais (OVV) à l'AAIB à Farnborough (sud-ouest de Londres), avait indiqué auparavant le ministère dans un communiqué.

Les boîtes noires, qui permettent d'enregistrer les conversations dans la cabine de pilotage et les données techniques du vol, seront examinées l'une après l'autre.

"Ils pensent que cette opération pourrait durer 24 heures par boîte. Cela pourrait prendre plus ou moins de temps si les boîtes sont abîmées", a ajouté le porte-parole du ministère britannique des Transports.

L'AAIB indique sur son site internet que son rôle est de déterminer les causes des accidents "mais non d'établir les responsabilités".

Dans un deuxième temps, l'analyse des informations contenues dans ces enregistreurs de vol "pourraient prendre plusieurs semaines", a indiqué l'OVV, qui dirige l'enquête internationale sur la cause de la catastrophe ayant fait 298 morts.

"Si l'enquête révèle des activités criminelles ou terroristes, ces informations seront ensuite transmises aux autorités concernées", a ajouté l'OVV.

Vingt-quatre personnes constituent l'équipe internationale d'enquêteurs qui comprend l'Ukraine, la Malaisie, l'Australie, la France, l'Allemagne, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Russie, ainsi que l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

Les boîtes noires avaient été remises dans la nuit de lundi à mardi par les rebelles prorusses aux experts malaisiens, qui les ont à leur tour transmises aux Néerlandais chargés de diriger l'enquête internationale sur la cause de la chute de l'avion.

Il est peu probable, cependant, qu'elles puissent fournir des renseignements permettant d'identifier l'origine du tir du missile ayant abattu l'avion malaisien.

Le gouvernement de Kiev a assuré que les Ukrainiens n'avaient "pas été impliqués" dans la manipulation de ces boîtes noires. "Les boîtes noires ont été présentées aux Ukrainiens, mais (...) ces objets ne sont pas même pas restés une minute sous (leur) contrôle", indique un communiqué gouvernemental.

Le Boeing 777 malaisien, qui assurait la liaison Amsterdam-Kuala-Lumpur, a probablement été abattu par un missile tiré de la zone contrôlée par les rebelles soutenus par la Russie, selon les Etats-Unis.

Selon des hauts responsables des services de renseignement américains, le vol MH17 a peut-être été abattu "par erreur" par des séparatistes prorusses dont la formation est insufisante.

L'OVV a réclamé pour les enquêteurs un accès sécurisé et libre au site de l'accident, "pendant une longue période".

"Bien que des preuves aient été altérées ou supprimées, l'OVV s'attend à pouvoir recueillir suffisamment d'informations sur le site du drame", indique encore le Bureau d'enquête néerlandais.

alm-sds/jb/sym

PLUS:hp