NOUVELLES

Transport ferroviaire: retrait des DOT-111 plus tôt aux États-Unis qu'au Canada

23/07/2014 01:03 EDT | Actualisé 22/09/2014 05:12 EDT
Radio-Canada.ca

De nouveaux règlements concernant le transport ferroviaire ont été annoncés mercredi aux États-Unis. Le département des transports américains exige notamment le retrait ou la mise à niveau des wagons-citernes DOT-111 d'ici deux ans, soit un an plus tôt que ce qu'a ordonné Ottawa.

Les wagons DOT-111 servent au transport de produits dangereux et ont été mis en cause lors de la tragédie de Lac-Mégantic, survenue en juillet dernier. Les autorités américaines estiment que ces wagons-citernes sont plus susceptibles de subir des perforations et des incendies lors de déraillements.

En avril, le gouvernement du Canada a ordonné le remplacement ou la mise à niveau d'ici trois ans des wagons-citernes DOT-111.

En plus du retrait de ce type de wagon-citerne, les nouvelles recommandations entourant le transport ferroviaire de pétrole et d'éthanol préconisent un programme pour tester et mieux classifier les matières dangereuses ainsi que l'installation de nouveaux systèmes de freinage pour les wagons-citernes.

Les autorités recommandent aussi de réduire de la vitesse des trains à 40 miles par heure (64 km/h) dans les zones urbaines et songent même à resserrer cette réglementation pour réduire la vitesse à 30 miles par heure (48 km/h).

Ces propositions ont été formulées après une analyse de 18 mois, qui a examiné au moins une douzaine de déraillements, dont celui de Lac-Mégantic. Parmi ces accidents, six déraillements ont causé des incendies majeurs.

« Les propositions aujourd'hui représentent un développement significatif dans le renforcement de nouvelles règles pour assurer un transport ferroviaire sécuritaire des matières dangereuses », a indiqué Anthony Foxx, le secrétaire du département des transports américain.

Les autorités ont également publié un rapport démontrant que le pétrole de schiste qui provient de la région de Bakken, au nord du Dakoten, « est plus volatil et plus inflammable » que d'autres types de pétrole. C'est ce même pétrole qui a explosé lors de la tragédie de Lac-Mégantic.

L'industrie pétrolière des États-Unis continue d'affirme que le pétrole de Bakken n'est pas plus dangereux que certaines autres marchandises qui circulent sur les rails.

Les propositions seront soumises à 60 jours de consultations publiques.

INOLTRE SU HUFFPOST

7 points inquiétants sur l’industrie ferroviaire