NOUVELLES

Nigeria: deux attentats visant des leaders politique et religieux font 39 morts

23/07/2014 06:27 EDT | Actualisé 22/09/2014 05:12 EDT

KADUNA, Nigeria - Des explosions qui semblaient cibler l'ancien dictateur militaire du Nigeria Muhammadu Buhari et un réputé prêtre musulman modéré ont fait des dizaines de morts à Kaduna mercredi, sans toutefois blesser les deux présumées cibles, selon des responsables nigérians de la sécurité.

Au moins 39 autres personnes ont perdu la vie dans ces deux explosions, a annoncé le commissaire de la police d'État, Umar Usman Shehu. Le bilan des victimes risque fort d'augmenter alors que des témoins ont affirmé que des dizaines de personnes ont péri dans chacune des deux explosions.

Le président Goodluck Jonathan a condamné les attentats, et dénoncé «l'ignoble ciblage d'importants leaders politiques et religieux par des terroristes et ennemis de la nation dans une tentative odieuse d'attiser les passions et d'exacerber l'agitation, la peur, l'insécurité et les divisions internes du pays».

Après avoir survécu à l'attaque, perpétrée dans un marché public, M. Buhari a affirmé que l'assaut, «une tentative évidente d'assassinat», a-t-il opiné, est venu d'un véhicule se déplaçant à haute vitesse qui tentait de doubler sa voiture de sécurité. M. Buhari a ajouté qu'il n'avait pas été blessé mais que trois des membres de son personnel de sécurité avaient subi des blessures légères.

M. Buhari est actuellement un leader du principal parti d'opposition du Nigeria qui a été particulièrement virulent dans ses critiques du président Jonathan. Il n'est toujours pas candidat à la présidence, et aucun aspirant n'a officiellement soumis sa candidature en vue du scrutin qui aura lieu en 2015.

L'autre explosion semblait viser le cheik Dahiru Bauchi, qui livrait un discours annuel dans le cadre du Ramadan à des milliers de fidèles lors d'une messe tenue en plein air. Le cheik Bauchi est reconnu pour ses dénonciations des gestes de violence associés à Boko Haram.

La seconde déflagration, qui a frappé le marché de Kaduna où se trouvait M. Buhari environ deux heures et demie après la première explosion, a laissé des corps et des membres éparpillés dans le secteur, ont confié des témoins. Une cinquantaine de voitures ont été détruites, ont-ils ajouté.

Un couvre-feu d'une durée de 24 heures a été décrété par le gouverneur de l'État de Kaduna, Mukhtar Ramalan Yero, immédiatement après les explosions, forçant des citoyens à demeurer sur les lieux de leur travail au lieu de pouvoir rentrer à la maison.

Le gouverneur n'a pas blâmé le Boko Haram comme tel, se contentant de dire que les assaillants étaient «des ennemis familiers» qui ne sont pas de vrais musulmans.

PLUS:pc