NOUVELLES

Marche blanche à Amsterdam pour les victimes du vol MH17

23/07/2014 03:52 EDT | Actualisé 22/09/2014 05:12 EDT

Plusieurs milliers de personnes, pour la plupart vêtues de blancs, participaient mercredi soir à une marche silencieuse dans les rues d'Amsterdam pour honorer les 298 victimes du vol MH17, parmi lesquelles 193 Néerlandais, a constaté un journaliste de l'AFP.

En ce jour de deuil national décrété par le gouvernement néerlandais, les marcheurs se sont rassemblés sur la place du Dam, principale place du centre-ville, suite à un appel lancé sur Facebook.

Ils ont entamé vers 20H15 (18H15 GMT) un parcours en boucle de quelques kilomètres qui les a ramené une heure plus tard sur cette même place, où ils ont procédé au lâcher de plusieurs centaines de ballons blancs dans le ciel d'Amsterdam.

Le cortège, qui a emprunté de nombreux ponts enjambant les célèbres canaux d'Amsterdam, était long de plus d'un kilomètre.

"C'est important de se rassembler, de montrer qu'on est tous ensemble, qu'on partage la peine des familles et des amis", explique à l'AFP Leon, 35 ans, portant un t-shirt blanc.

"Et c'est important que tout le monde porte du blanc, la couleur de l'espoir, cela veut dire qu'on regarde vers l'avenir", ajoute-t-il.

Un Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines, le vol MH17 assurant la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur, a été abattu jeudi dans l'est de l'Ukraine, dans une zone contrôlée par des séparatistes prorusses.

Les accusations se sont principalement portées sur les séparatistes, qui auraient utilisé un missile fourni par la Russie, Moscou accusant de son côté le gouvernement ukrainien.

"C'est incroyable qu'en 2014, un avion civil se fasse abattre par un missile, j'espère vraiment que la lumière sera faite un jour sur ces événements", soutient de son côté Tim, 35 ans.

Les premières dépouilles des victimes sont arrivées mercredi après-midi par avion depuis l'est de l'Ukraine. Après une cérémonie à l'aéroport les corps ont été transportés dans une base militaire néerlandaise pour procéder à leur identification.

Martin, un Argentin vivant aux Pays-Bas depuis de nombreuses années, est lui aussi venu à Amsterdam pour participer à la marche blanche, avec son épouse et leur fils de 7 mois.

"On ne connaissait personne dans cet avion, mais on vit aux Pays-Bas et cela nous concerne tous, on ne peut pas dire que cela ne soit pas nos affaires, c'est impossible", dit-il.

"Cela aurait pu être n'importe qui dans cet avion : moi, mon épouse, mes amis, n'importe qui".

ndy/mbr/gg

PLUS:hp