NOUVELLES

L'Omnium canadien aura toujours une place particulière dans le coeur de Mahan

23/07/2014 03:02 EDT | Actualisé 22/09/2014 05:12 EDT

ÎLE-BIZARD, Qc - L'Omnium canadien occupera toujours une place particulière dans le coeur du golfeur Hunter Mahan, puisqu'il a dû potentiellement renoncer à une bourse d'un million$ US afin d'assister à la naissance de son premier enfant.

Juillet 2013: le Texan, confortablement installé en tête du classement général après deux rondes à Glen Abbey, en Ontario, s'affairait dans le champ de pratique lorsqu'il a reçu l'appel qui allait changer sa vie à tout jamais.

À l'autre bout du fil, l'un de ses bons amis, l'agent Chris Armstrong, venait de lui signaler que sa femme, Kandi — une ancienne meneuse de claques des Cowboys de Dallas —, avait perdu ses eaux et qu'elle allait accoucher dans les heures suivantes dans un hôpital de la région de Dallas.

«C'était complètement fou comme journée. J'ai appris la nouvelle vers 13h30, puis j'ai figé pendant quelques instants avant d'essayer de trouver une solution pour rentrer le plus rapidement à la maison», s'est rappelé Mahan, qui a immédiatement averti les dirigeants de son abandon avant de sauter sur le premier avion en direction de Dallas, au Texas.

La petite fille de Mahan, Zoe Olivia, est finalement née sous ses yeux dans la nuit de samedi à dimanche, à 3h26.

«C'est incroyable! Du jour au lendemain, un couple se retrouve avec une troisième personne sous son aile, a dit le principal intéressé. Ça change tout. Vendredi, j'étais simplement un golfeur qui venait de conclure sa ronde, et dimanche j'étais devenu un père qui devra veiller sur sa fille pour le reste de sa vie. On ne sait jamais ce que la vie nous réserve.»

Mahan, qui ne regrette rien de sa décision, a d'ailleurs admis candidement qu'il avait conservé quelques articles de journaux soulignant son abandon pour assister à la naissance de sa fille, afin de pouvoir les partager avec elle dans quelques années.

«Pour un golfeur, c'est certain que tu te dis toujours: 'Et si je n'avais pas dû quitter et que j'étais resté?', 'Et si elle était née quelques jours plus tôt ou plus tard?', a évoqué Mahan. C'est le genre de chose dont on a discuté en famille, mais au fond on ne peut jamais prévoir la naissance d'un enfant. Ce sera une belle histoire à partager avec elle.»

Mahan participera à son 300e tournoi en carrière sur le circuit de la PGA ce week-end sur les allées du club de golf Royal Montréal. Il tentera alors de récupérer son rendez-vous manqué avec l'histoire.

PLUS:pc