NOUVELLES

Le Canada recherche un homme parti combattre en Syrie

23/07/2014 03:47 EDT | Actualisé 22/09/2014 05:12 EDT

La police canadienne a déposé pour la première fois mercredi des accusations de terrorisme contre un homme originaire de Vancouver soupçonné d'être parti combattre en Syrie.

C'est la première inculpation dans le cadre de la nouvelle loi qui criminalise les voyages de ressortissants canadiens à l'étranger à des fins terroristes, a indiqué Greg Cox, sergent à la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale).

"C'est un nouvel outil dont dispose la GRC pour combattre le terrorisme", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Hasibullah Yusufzai, 25 ans, résidant en banlieue de Vancouver (Colombie Britannique, ouest), a été formellement accusé le 17 juillet par la GRC "pour avoir quitté le Canada pour prendre part à une activité terroriste", selon la même source.

"L'accusé est recherché pour avoir quitté le Canada le 21 janvier pour commettre un crime au profit, ou en association avec un groupe terroriste. L'individu est réputé avoir voyagé en Syrie pour rejoindre des combattants islamistes", a indiqué la GRC.

Le frère de l'accusé a confié au quotidien Globe and Mail que le jeune homme était "inoffensif" et qu'il n'était jamais allé en Syrie, mais plutôt en Turquie car "il n'était pas heureux" au Canada.

En février, les services canadiens du renseignement avaient indiqué qu'au moins 130 Canadiens participaient à des activités "terroristes" à l'étranger, surtout en Syrie et en Irak.

Avec cette nouvelle législation entrée en vigueur il y a tout juste un an, le Canada "renforce (sa) capacité à lutter contre les activités terroristes", a souligné James Malizia, commissaire adjoint de la GRC. Celui-ci a noté que cette accusation mettait en évidence que "des personnes quittent le Canada pour prendre part à des activités terroristes".

Fin mai, un tribunal canadien avait reconnu la culpabilité d'un Canadien originaire de Somalie pour avoir tenté de rallier le mouvement des islamistes somaliens shebab. L'homme avait été arrêté en 2011 au moment où il cherchait à monter dans un avion. Il risque jusqu'à 10 ans de prison. Le prononcé de la peine était attendu jeudi.

sab/mbr/bdx

PLUS:hp