POLITIQUE

La CAQ et un regroupement syndical s'opposent à la hausse du salaire des élus

23/07/2014 03:35 EDT | Actualisé 22/09/2014 05:12 EDT
CP

QUÉBEC - L'ouverture manifestée par Philippe Couillard en faveur d'une hausse du salaire des élus de l'Assemblée nationale laisse de glace la Coalition avenir Québec (CAQ).

L'opposition de la CAQ est partagée par un regroupement syndical qui estime «inadmissible» l'idée d'accroître la rémunération des députés dans le contexte actuel.

Le premier ministre Couillard a récemment ouvert la porte à une augmentation considérable de la rémunération des élus en contrepartie d'une réforme de leur généreux régime de retraite.

En entrevue au quotidien Le Soleil, M. Couillard a accordé son appui à un rapport indépendant intitulé «Pour une rémunération juste et équitable», qui proposait en novembre dernier d'amincir le régime de retraite des élus et d'éliminer les primes de départ en échange de meilleures conditions salariales.

Le comité de travail, présidé par l'ex-juge de la Cour suprême Claire L'Heureux-Dubé, avait qualifié le régime de retraite des députés de «Ferrari» pour illustrer le fait que leurs cotisations annuelles ne représentent que 21 pour cent du coût total du régime. La réforme proposée ferait passer cette proportion à 43 pour cent et la rente maximale serait plafonnée à 70 pour cent au lieu de 100 pour cent.

En revanche, le comité recommandait de faire bondir le salaire annuel de base des 125 députés québécois de 88 186 $ à 136 000 $. Selon le comité, ce réaménagement de la rémunération et des avantages fiscaux serait à «coût nul» pour les contribuables.

Néanmoins, la Coalition syndicale pour la libre négociation juge «disproportionnée» et «injustifiée» la suggestion d'augmenter le salaire annuel des élus de 46 000 $ au moment où le gouvernement remet en cause «les droits acquis» des cotisants et des retraités du secteur municipal.

Le porte-parole de la Coalition syndicale, Marc Ranger, voit dans l'ouverture du premier ministre «un affront direct aux dizaines de milliers d'employés municipaux visés par le projet de loi 3» qui impose des sacrifices aux travailleurs pour résorber les énormes déficits des caisses de retraite.

«Bien de nos gens nous diraient qu'ils seraient prêts à couper dans leur régime de retraite s'ils avaient en retour une augmentation de salaire de 20, 25, 30 pour cent», a expliqué M. Ranger, lors d'un entretien plus tôt cette semaine avec La Presse Canadienne.

Il s'agit à ses yeux d'un cas de «deux poids deux mesures» puisque les employés municipaux ne peuvent espérer obtenir des augmentations de salaire mirobolantes pour compenser le renflouement de leur régime de retraite.

Qui plus est, «on trouve particulier que, dans un contexte de supposée austérité, le premier ministre se dit prêt à aller de l'avant avec une réforme qui va augmenter la rémunération des députés de 52 pour cent», a fait valoir le leader syndical.

Sur le plan politique, la Coalition avenir Québec (CAQ) s'était rangée l'automne dernier du côté des opposants à une hausse de salaire des élus et sa position n'a pas changé d'un iota à la suite de la sortie du premier ministre.

La question de la rémunération des élus ne pourra être abordée qu'une fois l'équilibre des finances publiques rétabli, a fait savoir Jean-François Del Torchio, attaché de presse du chef François Legault.

«Rien à ajouter par rapport à ce qu'on avait dit à l'époque. Tant qu'on n'a pas atteint l'équilibre budgétaire, on ne pense pas qu'on devrait augmenter le salaire des députés de 88 000 $ à 136 000 $», a-t-il déclaré.

Contrairement à la CAQ, l'opposition officielle péquiste voit d'un bon oeil le rapport L'Heureux-Dubé de même que le signal favorable envoyé par le premier ministre. Une porte-parole de l'aile parlementaire du Parti québécois, Antonine Yaccarini, a indiqué que le PQ était disposé à collaborer avec le gouvernement libéral dans ce dossier.

«Le premier ministre pourra compter sur la collaboration de l'opposition officielle mais nous serons vigilants pour éviter que cela se fasse dans l'improvisation», a dit Mme Yaccarini.

«Nous épaulerons le gouvernement pourvu que l'on regarde l'ensemble des conditions de travail dans l'esprit du rapport L'Heureux-Dubé», a-t-elle poursuivi.

En dépit du soutien du PQ, il est peu probable qu'une réforme aussi délicate soit entamée à court terme, faute de consensus politique.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les cinq PDG de sociétés d'État les mieux payés