NOUVELLES

Des avancées dans les négociations de cessez-le-feu en Israël, selon Kerry

23/07/2014 06:12 EDT | Actualisé 22/09/2014 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Le secrétaire d'État américain John Kerry affirme que les négociations de cessez-le-feu dans la bande de Gaza viennent de progresser après plusieurs jours d'impasse entre les représentants d'Israël et du Hamas palestinien.

Les deux camps ne semblaient toutefois pas près de cesser les hostilités, alors que des forces israéliennes ont combattu des militants du Hamas, mercredi, près d'une ville du sud de la bande de Gaza. Les combats près de Khan Younis ont amené des dizaines de familles à fuir le secteur.

M. Kerry s'est envolé pour Tel-Aviv malgré les interdictions de vols émises à la suite d'un tir de roquette à proximité de l'aéroport, illustrant sa détermination à en arriver à un cessez-le-feu entre les parties.

M. Kerry devait rencontrer le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou à la suite d'entretiens précédents avec le président palestinien Mahmoud Abbas et le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. Le secrétaire d'État américain a parlé d'avancées dans les négociations, mais des responsables américains ont tempéré les attentes envers une trêve durable et rapide.

À Jérusalem, M. Kerry a dit que des avancées avaient sans nul doute été accomplies, mais qu'il y avait «encore du travail à faire».

Le numéro un de la diplomatie américaine et le secrétaire général des Nations unies (ONU), Ban Ki-moon, sont au Proche-Orient depuis quelques jours afin de favoriser la conclusion d'un cessez-le-feu.

Jusqu'ici, au moins 684 Palestiniens et une trentaine d'Israéliens ont péri dans les violences qui ont éclaté le 8 juillet dernier.

Les États-Unis, Israël et l'Union européenne considèrent tous le Hamas comme une organisation terroriste. Mais ce n'est pas le cas de l'Organisation des Nations unies (ONU), et Ban Ki-moon a affirmé que M. Kerry et lui-même faisaient pression conjointement sur des responsables dans la région pour qu'Israël et le Hamas conviennent d'un cessez-le-feu dans les plus brefs délais.

Le secrétaire général des Nations unies ajouté qu'il n'y avait pas de «temps à perdre».

Israël a soutenu devoir enrayer de manière importante l'infrastructure militaire du Hamas — une position qui semble avoir gagné des appuis au sein de l'administration américaine —, tandis que le Hamas a réclamé la fin d'un blocus de sept ans par Israël et l'Égypte sur le territoire contrôlé par le mouvement palestinien.

PLUS:pc