NOUVELLES

Les crimes, moins graves et moins nombreux au Canada en 2013

23/07/2014 03:02 EDT | Actualisé 22/09/2014 05:12 EDT
Bloomberg via Getty Images
A pair of standard issue handcuffs used by Hong Kong Independent Commission Against Corruption (ICAC) officers sit on a table during a firearms display at the commission's headquarters in Hong Kong, China, on Saturday, Feb. 8, 2014. The ICAC is Hong Kong's anti-graft agency. Photographer: Jerome Favre/Bloomberg via Getty Images

La gravité des crimes déclarés par la police au Canada est en baisse pour une dixième année consécutive, rapporte Statistique Canada. Un recul de 36 % de l'Indice de gravité de la criminalité (IGC) a été enregistré depuis 2003.

Un peu plus de 1,8 millions de crimes ont été dénombrés par les services de police canadiens l'année dernière. C'est 132 000 de moins qu'en 2012. Le taux de criminalité au Canada poursuit donc sa baisse amorcée au début des années 1990 et se situe actuellement à son plus faible depuis 1969.

Pour afficher le graphique de l'évolution de l'IGC au Canada sur un appareil mobile, cliquez ici.

Des crimes moins graves

Les crimes commis au Canada en 2013 n'ont cependant pas été que moins nombreux, ils ont aussi été globalement moins graves. La baisse de 9 % de l'IGC observée en 2013 est notamment due à un important recul des vols qualifiés et des introductions par effraction.

« On prend tous les crimes, on les sépare entre violents et non violents et on leur donne un numéro de gravité. Tout ça mis ensemble fait que l'on peut avoir une vision globale de la situation », explique Patrick Latulippe, agent d'information au Centre canadien de la statistique juridique. 

Toutefois, certains crimes graves, dont ceux liés à la pornographie juvénile, à l'extorsion et aux agressions sexuelles, ont été commis plus souvent en 2013 qu'en 2012. « Quelques crimes graves sont en hausse, mais la plupart sont en baisse », précise Patrick Latulippe. C'est donc la moyenne de gravité des infractions commises qui explique que l'IGC est en diminution.

Des variations par province et par région

L'Ïle-du-Prince-Édouard, le Nouveau-Brunswick, le Québec et le Manitoba ont connu les plus importantes baisses de leur IGC (-12 %) au pays en 2013. Seuls le Yukon (+6 %) et Terre-Neuve-et-Labrador (+1 %) ont vu leur IGC augmenter par rapport à 2012.

Pour afficher le graphique des IGC par province et territoire, cliquez ici.

Les villes canadiennes de plus en plus sécuritaires

Pour la toute première fois depuis le début du calcul de l'ICG au Canada, en 1998, aucune des régions métropolitaines de recensement (RMR) n'a connu une hausse. En fait, seule la RMR d'Edmonton est restée stable et n'a pas connu de recul.

Pour afficher le diagramme des villes les moins sécuritaires sur un appareil mobile, cliquez ici.

Malgré une diminution de 7 % de son IGC, Régina demeure la RMR où les crimes commis sont considérés comme les plus graves tandis que les RMR de Barrie et Guelph, en Ontario, ont enregistré les plus faibles IGC au Canada, tout juste devant Québec.

Pour afficher le diagramme des villes les plus sécuritaires sur un appareil mobile, cliquez ici.

L'IGC de la RMR de Montréal (66 %) se situe tout juste sous la moyenne canadienne. Les RMR de Saguenay, Sherbrooke, Trois-Rivières et Gatineau présentent également un IGC inférieur à la moyenne nationale. 

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 criminels les plus recherchés au Québec