NOUVELLES

Ukraine: Obama et Rutte menacent la Russie de "coûts" supplémentaires

22/07/2014 08:05 EDT | Actualisé 21/09/2014 05:12 EDT

Le président des Etats-Unis Barack Obama a affirmé mardi que la Russie ferait face à des "coûts" supplémentaires si elle poursuivait sa stratégie de déstabilisation en Ukraine, lors d'un entretien avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

"La Russie fera face à des coûts supplémentaires si elle continue à soutenir les séparatistes violents et ne met pas fin à son entreprise de déstabilisation de l'Ukraine", indique la Maison Blanche dans un communiqué rendant compte de la conversation téléphonique entre les deux dirigeants.

Sur les 298 personnes qui se trouvaient à bord du Boeing 777 de la Malaysia Airlines qui s'est écrasé jeudi dans l'est de l'Ukraine, vraisemblablement abattu par un missile sol-air, 193 étaient néerlandaises. Selon de hauts responsables des services de renseignement américains mardi, l'appareil a peut-être été abattu "par erreur" par des séparatistes prorusses mal entraînés.

"L'Union européenne et les Etats-Unis doivent rester unis face aux événements en Ukraine", ajoute le texte, qui précise que M. Obama a salué la décision de l'UE de préparer de nouvelles sanctions ciblées contre la Russie.

Washington a annoncé il y a une semaine de nouvelles sanctions économiques contre Moscou visant notamment le géant des hydrocarbures Rosneft et la banque de Gazprom, Gazprombank.

Les deux dirigeants ont également exprimé leurs "inquiétudes" face aux éléments qui démontrent que la Russie "continue à envoyer des armes et des combattants de l'autre côté de la frontière pour soutenir les séparatistes".

Mardi en milieu de journée, M. Obama s'était rendu à l'ambassade des Pays-Bas à Washington pour rendre hommage aux victimes néerlandaises du crash de l'avion malaisien dans l'est de l'Ukraine.

"Nous avons tous le coeur brisé", a-t-il déclaré après avoir signé le livre de condoléances, exprimant sa solidarité avec les Néerlandais "au nom du peuple américain".

Les Pays-Bas observeront mercredi un jour de deuil national en accueillant le retour des premiers corps de victimes.

jca/sam

PLUS:hp