NOUVELLES

Les automobilistes afghans appelés à surmonter la "malédiction du numéro 39"

22/07/2014 07:17 EDT | Actualisé 21/09/2014 05:12 EDT

Le gouvernement afghan a demandé mardi aux automobilistes de cesser de rejeter les plaques minéralogiques marquées du numéro 39, porteur pour plusieurs d'une "malédiction" car étrangement lié aux milieux de la prostitution dans ce pays conservateur.

La "malédiction du numéro 39" a frappé à plusieurs reprises ces dernières années en Afghanistan, les vendeurs de voitures usagées se plaignant de rester avec des véhicules invendables en stock.

Selon beaucoup d'Afghans, le numéro "39" possède une mauvaise réputation en raison d'un souteneur d'Hérat qui était identifiable grâce à sa plaque minéralogique, il y a de cela un nombre d'années indéfinies.

En raison de l'image sulfureuse de l'homme et de son activité illicite, le numéro est devenu synonyme d'immoralité. Vrai ou fausse, la légende s'est répandue à d'autres villes afghanes.

Aujourd'hui, toute personne aperçue au volant d'une voiture portant le "numéro 39" court le risque d'être assimilée à l'industrie secrète du sexe en Afghanistan, un tabou dans ce pays où la foi musulmane est profondément enracinée.

Mardi matin toutefois, sur la chaîne Tolo, le porte-parole du ministère de l'Intérieur Sediq Sediqqi a affirmé: "nous ne pouvons pas enlever le numéro 39, c'est illogique de retirer un numéro du système".

"Les gens devraient accepter les plaques portant le numéro 39, de façon à ce que le processus d'immatriculation puisse se poursuivre", a-t-il dit avant d'ajouter: "Nous ne pouvons pas changer le système, nous devons changer la mentalité des gens vis-à-vis de ce numéro".

Le département de la circulation à Kaboul qui délivre les plaques d'immatriculation dans la capitale afghane, a affirmé posséder 800 plaques qui n'ont pas trouvé preneurs.

"Cela a fait un trou dans nos recettes", a dit à l'AFP le général Assadullah, chef du département de la circulation à Kaboul.

"Les recettes sont descendues de moitié cette année. Le processus de distribution des plaques a été ralenti car les immatriculations en ce moment commencent par 39 et les gens n'en veulent pas", a-t-il ajouté.

Les propriétaires qui possèdent des plaques comprenant le numéro 39 les maquillent souvent, utilisant de la peinture blanche pour changer les chiffres.

emh-bgs/emp/gl/ros

PLUS:hp