NOUVELLES

Le Canadien National permet à la Bourse de Toronto de clôturer en hausse

22/07/2014 04:55 EDT | Actualisé 21/09/2014 05:12 EDT

TORONTO - L'annonce de solides résultats financiers par le Canadien National (TSX:CNR) a permis à la Bourse de Toronto de clôturer en hausse, mardi, alors que les opérateurs ont fait fi des préoccupations de nature géopolitique et se sont concentrés sur la santé des entreprises nord-américaines.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a réalisé un gain de 65,14 points, à 15 315,13 points.

Le CN, dont les résultats ont été dévoilés lundi après la fermeture des marchés, a dépassé les attentes au deuxième trimestre, alors que son bénéfice net a augmenté de 18 pour cent, à 847 millions $, tandis que ses revenus progressaient de 17 pour cent pour atteindre un chiffre record de 3,12 milliards $. Sur une base ajustée, le bénéfice net du transporteur ferroviaire a été de 1,03 $ par action, soit 3 cents de plus que la prévision des analystes.

Le CN a également fait part de solides perspectives, et ses actions ont terminé la journée en hausse de 1,44 $, à 74,39 $, après avoir atteint 74,83 $, leur niveau le plus élevé en 52 semaines.

Parmi les autres grosses entreprises canadiennes devant dévoiler leurs résultats financiers cette semaine figurent la société minière Teck Resources (TSX:TCK.B), le géant des télécommunications Rogers (TSX:RCI.B) et l'épicier Loblaw (TSX:L).

Le dollar canadien a reculé de 0,06 cent US, à 93,14 cents US.

À Wall Street, les indices boursiers ont augmenté, alors que de nouvelles données ont reflété une inflation américaine maîtrisée et ont atténué les préoccupations quant au moment que pourrait choisir la Réserve fédérale des États-Unis pour augmenter ses taux d'intérêt.

La moyenne Dow Jones des 30 valeurs industrielles a gagné 61,81 points et clôturé à 17 113,54 points, tandis que l'indice de référence S&P 500 avançait de 9,90 points, à 1983,53 points, et que l'indice composé du Nasdaq augmentait de 31,31 points, à 4456,02 points.

Entre-temps, l'Union européenne a accru la liste des organisations et particuliers russes sujets à un gel des actifs et une interdiction de déplacement. L'UE a également menacé de cibler de vastes secteurs de l'économie russe si Moscou n'agit pas avec célérité pour contrôler les rebelles ukrainiens accusés d'avoir abattu un avion de ligne malaisien, la semaine dernière.

L'UE n'est cependant pas allée jusqu'à passer à une nouvelle phase de sanctions qui pourraient paralyser l'économie russe, mais aussi avoir un impact négatif sur la fragile reprise européenne.

«Il s'agit de sanctions qui feraient mal à leur économie. Cela donnerait aussi lieu à une réduction des exportations d'énergie de la Russie vers l'Europe, ce qui retarderait sans aucun doute la reprise européenne», a affirmé Ben Jang, gestionnaire de portefeuilles chez Nicola Wealth Management, à Vancouver.

Le cours de l'once d'or pour livraison en août s'est établi à 1306,30 $ US, en baisse de 7,60 $ US, sur le marché des métaux à New York.

Le cours du baril de pétrole brut léger pour livraison en septembre s'est établi à 102,39 $ US, en baisse de 47 cents US, à la Bourse des matières premières de New York.

PLUS:pc