NOUVELLES

John Baird condamne l'ONU pour avoir soi-disant remis des armes au Hamas

22/07/2014 03:16 EDT | Actualisé 21/09/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Pendant que des centaines de personnes manifestaient sous ses fenêtres à Ottawa, mardi, pour dénoncer les actions militaires d'Israël à Gaza, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, s'est dit «atterré» par des informations voulant qu'une agence de l'ONU ait remis au Hamas des roquettes dissimulées dans une école désertée de Gaza.

L’Office de secours et de travaux des Nations unies a annoncé mardi avoir trouvé des roquettes dans une école vacante qu'elle utilise dans la bande de Gaza, et qu'elle prévoyait les retirer de là tout en ouvrant une enquête.

La semaine dernière, l'agence avait découvert d'autres roquettes dans une école qu'elle utilise à Gaza, et des informations venant d'Israël indiquent qu'elle a remis ces armes aux «autorités locales», suggérant qu'elles ont été retournées au Hamas.

M. Baird a demandé à l'ONU «d'ouvrir immédiatement une enquête indépendante pour vérifier ces allégations».

Le ministre a également demandé à l'ONU de veiller à ce que, dans le second cas annoncé mardi, aucune roquette ne soit remise au Hamas.

Une roquette tirée depuis la bande de Gaza, mardi, est tombée près de l'aéroport principal d'Israël, blessant un Israélien et poussant les compagnies aériennes à suspendre leurs vols vers Tel-Aviv.

Il s'agissait de la plus récente attaque contre Israël, survenue le jour même où un soldat israélien a été porté disparu après un combat sanglant dans les territoires palestiniens.

Manifestation à Ottawa

Par ailleurs, les esprits se sont brièvement échauffés, mardi, lors d'une manifestation au centre-ville d'Ottawa, où des militants ont demandé au premier ministre Stephen Harper de dénoncer les actions militaires d'Israël à Gaza.

Des centaines de Canado-Palestiniens et de sympathisants ont manifesté devant le bureau du premier ministre à Ottawa avant de se diriger vers l'ambassade d'Israël, quelques coins de rue plus loin.

Alors qu'ils marchaient devant le Parlement, certains ont crié «Honte, honte!» lorsqu'une poignée de manifestants pro-Israël, portant le drapeau israélien, ont crié «Plus de terreur!» alors qu'ils se trouvaient sur un autre trottoir tout près.

La police et les organisateurs de la marche ont réussi à calmer la foule et à garder les deux parties séparées.

Des discours ont été prononcés, condamnant les propos de M. Harper en appui à Israël.

Le premier ministre a déclaré avec insistance que le Canada demeurait fermement du côté d'Israël dans le conflit qui a vu des tirs de roquettes en provenance de Gaza et des frappes aériennes perpétrées par Israël. Le conflit a fait des centaines de morts —principalement du côté palestinien —, incluant des femmes, des enfants et des soldats israéliens.

Israël maintient avoir le droit de se défendre contre les tirs de roquettes continus depuis Gaza, territoire contrôlé par le Hamas.

La manifestation à Ottawa incluait notamment des membres d'une organisation internationale baptisée Juifs unis contre le sionisme, qui appelle au démantèlement de l'État d'Israël.

Mais le Centre consultatif des relations juives et israéliennes du Canada se dit de plus en plus inquiet des manifestations anti-Israël comme celles qui ont eu lieu récemment à Montréal, Calgary et dans la région de Toronto, et qui sont devenues, dit-il, «un exutoire pour des propos haineux, de l'intimidation et même de la violence contre les juifs».

PLUS:pc