NOUVELLES

Japon: le gouvernement baisse sa prévision de croissance 2014-2015 à 1,2% (-0,2 pt)

22/07/2014 01:05 EDT | Actualisé 20/09/2014 05:12 EDT

Le gouvernement japonais a baissé mardi de 0,2 point à 1,2% sa prévision de croissance pour l'année budgétaire en cours (d'avril 2014 à mars 2015), prenant en compte le contre-coup de la hausse d'une taxe sur la consommation le 1er avril.

Le début de cette nouvelle année a coïncidé avec le premier jour de passage à 8% de la "TVA japonaise", qui n'était auparavant que de 5%.

La fin d'année budgétaire 2013-2014 avait bénéficié d'un surcroît de consommation juste avant le changement, mais le début de la suivante a pâti de l'effet inverse durant les premières semaines, ce qui devrait rejaillir un peu plus que prévu sur la croissance de l'ensemble de l'année, estime à présent le gouvernement.

De plus, en dépit de la faiblesse du yen, revenu à des niveaux unanimement jugés favorables pour le commerce extérieur, les exportations n'augmentent pas suffisamment pour combler le manque à gagner.

Cette révision négative intervient peu de temps après un mouvement similaire de la Banque du Japon (BoJ) qui table pour sa part sur une croissance de 1,0% cette année, contre 1,1% prévu précédemment.

Pour l'année 2015-2016, le gouvernement juge pour le moment que la croissance du PIB devrait être de l'ordre de 1,4%, misant sur une demande intérieure plus forte. La BoJ table quant à elle sur +1,5% (prévision inchangée).

Il s'agit du taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) exprimé en termes réels, c'est-à-dire sans tenir compte de l'inflation. En valeur nominale, la croissance devrait atteindre 3,3% cette année et 2,8% la suivante.

Le gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe pense que le pays est en train de se débarrasser de la déflation qui a handicapé son activité économique durant une quinzaine d'années, pour entrer dans un cercle vertueux pour les entreprises et consommateurs.

Ces prévisions de croissance doivent servir de référence à la préparation du budget 2015-2016, une année qui doit être charnière pour montrer la volonté du gouvernement japonais de limiter les effets de l'augmentation "naturelle" des dépenses sociales due au vieillissement de la population.

Les gardiens des deniers de l'Etat entendent aussi réduire l'émission de nouvelles obligations qui, chaque année, couvrent près de la moitié du budget faute de recettes d'impôts suffisantes.

kap/anb/jh

PLUS:hp