NOUVELLES

GB: "philosophie islamique intolérante et agressive" dans des écoles de Birmingham (rapport)

22/07/2014 09:52 EDT | Actualisé 21/09/2014 05:12 EDT

Le rapport préliminaire d'une enquête ordonnée par le gouvernement britannique a mis en lumière la présence d'une "philosophie islamique intolérante et agressive" dans plusieurs établissements scolaires de Birmingham, a-t-on appris mardi lors de sa présentation.

Il y a des "preuves claires" qu'il y a eu "des actions coordonnées, délibérées et soutenues" menées par plusieurs personnes, associées les unes aux autres et en position d'autorité au sein des écoles pour introduire "une philosophie islamique intolérante et agressive" dans plusieurs écoles de Birmingham, révèle ce rapport dirigé par l'ancien chef de la section anti-terroriste de la police britannique, Peter Clarke.

Précisant ne pas avoir "trouvé de preuves de terrorisme, de radicalisation ou d'extrémisme violent dans ces écoles", Peter Clarke a regretté "la mise en oeuvre de pratiques religieuses conservatrices" dans ces établissements scolaires.

La preuve que des jeunes gens ont été encouragés "à adopter inconditionnellement la ligne extrémiste d'une branche de l'islam sunnite" soulève des inquiétudes sur les risques de les voir vulnérables à une possible radicalisation à l'avenir, note également le rapport.

Devant la chambre des Communes, la ministre de l'Education Nicky Morgan a qualifié ces découvertes d'"inquiétantes" et a annoncé la nomination d'un nouveau responsable de l'éducation au conseil municipal de Birmingham ainsi qu'une série de mesures pour renforcer les contrôles et écarter les personnes soupçonner de propager une idéologie extrémiste.

"Nous allons renforcer nos règlements pour empêcher que des personnes inadaptées dirigent des écoles indépendantes", a-t-elle annoncé ajoutant: "n'importe quelle personne interdite de cette façon ne pourra figurer dans aucune instance dirigeante d'une école".

Le rapport est très critique vis-à-vis du conseil municipal, lui reprochant d'avoir été "au courant de ces pratiques et comportements".

L'instance municipale a également mené sa propre enquête et est arrivée à des conclusions plus modérées, refusant de parler de "conspiration".

Elle précise cependant que des directeurs d'établissements, des principaux adjoints, ainsi que des parents ont tenté de promouvoir les principes islamistes dans treize écoles et universités de la ville.

En juin, six écoles de Birmingham --parmi les 21 soupçonnées d'être en train de passer sous le contrôle de musulmans radicaux-- avaient été jugées "inadaptées" par l'Ofsted, l'organisme public d'inspection scolaire, et placées sous "mesures spéciales".

Les soupçons étaient nés d'une lettre anonyme reçue il y a quelques mois par la mairie de Birmingham, soutenant que des islamistes s'employaient à changer la direction de plusieurs établissements scolaires publics pour imposer leurs vues.

mc-ll/sds/ih

PLUS:hp