NOUVELLES

Gaza: le bureau d'Al-Jazeera touché par des tirs, le personnel évacué

22/07/2014 11:08 EDT | Actualisé 21/09/2014 05:12 EDT

La chaîne qatariote Al-Jazeera a annoncé mardi que son bureau à Gaza avait été touché par des tirs et a averti tenir Israël, qui mène une offensive dans l'enclave palestinienne, responsable de la sécurité de son personnel.

"Deux tirs très précis ont eu lieu en direction de notre immeuble", a déclaré la journaliste d'Al-Jazeera à Gaza, Stefanie Dekker, citée par le site en anglais de la chaîne.

Selon un journaliste de l'AFP, il s'est agi de tirs d'avertissement, auxquels procède parfois l'armée de l'air israélienne avant de frapper sa cible.

Le bureau d'Al-Jazeera est situé au 11e étage d'un immeuble du centre-ville de Gaza, qui abrite des médias locaux et internationaux, ainsi que des appartements.

Au même étage, dans une autre aile, se trouve le bureau local de l'agence de presse américaine Associated Press (AP) et un centre de presse palestinien.

Le personnel d'Al-Jazeera a été aussitôt évacué, de même qu'un certain nombre de familles palestiniennes, originaires de Chajaya, dans la banlieue de Gaza, qui y avaient trouvé refuge après les violents pilonnages israéliens de dimanche.

"Aucun endroit ne semble sûr", a déclaré une femme venue de cette banlieue de l'est de Gaza, qui se tenait à l'extérieur de l'immeuble avec trois femmes de sa famille, neuf enfants et un vieil homme.

Sans préciser l'origine des tirs, Al-Jazeera a annoncé qu'elle "tenait les autorités israéliennes responsables de la sécurité de (son) personnel".

La chaîne a déclaré être victime d'"une campagne hostile" en Israël pour sa large couverture de l'impact des frappes militaires israéliennes sur la population civile dans la bande de Gaza.

Al-Jazeera cite sur son site internet le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, qui, selon elle, a appelé lundi à empêcher la chaîne de travailler en Israël en estimant qu'elle "ne fait pas un travail journalistique mais un lavage de cerveaux".

La chaîne est financée par le Qatar, proche du mouvement islamiste Hamas, engagé dans le conflit avec l'armée israélienne qui a fait plus de 600 morts palestiniens et provoqué d'importants dégâts matériels dans la bande de Gaza.

Al-Jazeera a déjà eu des démêlés notamment avec les régimes arabes qu'elle irritait par sa couverture souvent jugée orientée, et Washington l'avait un temps présentée comme un porte-parole des groupes extrémistes.

bur/tm/agr/cco

PLUS:hp