NOUVELLES

Bangladesh : prison pour les auteurs d'un empoisonnement ayant tué des centaines d'enfants

22/07/2014 09:33 EDT | Actualisé 21/09/2014 05:12 EDT

Trois personnes ont été condamnées à dix ans de prison au Bangladesh pour avoir fabriqué et vendu un sirop au paracétamol toxique qui a tué des centaines d'enfants dans les années 90, a annoncé le procureur.

Le juge Abdur Rashid a condamné à la peine maximale ces trois dirigeants et salarié d'un laboratoire pharmaceutique bangladeshi accusés d'avoir remplacé l'un des composants du sirop par une substance moins chère utilisée dans l'industrie de la teinture du cuir.

"Ils méritent la plus haute peine possible dans le cadre de la loi sur les médicaments, puisqu'il s'agit d'un crime odieux contre l'humanité", a dit le juge cité mardi par le procureur Shaheen Ahmed Khan.

Helena Pasha, propriétaire d'Adflame Pharmaceutical Limited et Mizanur Rahman, un dirigeant, ont été reconnus coupables d'altération de médicament et incarcérés après le verdict. Un employé en fuite Nigendra Nath Bala, responsable de la production, a également été condamné par contumace.

"Enfin, justice nous est partiellement rendue. Mais j'aurais été plus heureuse s'ils avaient été condamnés à mort", a dit Nurjahan Begaum dont le fils de deux ans et demi est mort quelques jours près avoir bu du sirop.

"Ils méritent la mort. Ils ont tué tant d'enfants qu'il n'y avait plus assez de place dans le cimetière pour les enterrer", déclare-t-elle à l'AFP.

La tragédie avait été révélée dans les années 90, des médecins évoquant des centaines de morts dus à ce sirop, ce qui avait poussé le gouvernement à sévir contre l'industrie pharmaceutique locale. Des dizaines d'autres enfants sont morts en 2009 quand cet ingrédient toxique a été à nouveau retrouvé dans du paracétamol en sirop.

Le parquet a mis en cause cinq laboratoires pour ces tragédies mais les différents procès ont été retardés par des procédures.

Selon Mohammed Hanif, spécialiste de néphrologie pédiatrique, les premiers cas d'enfants souffrant d'un rein à cause de ce sirop sont apparus fin 1982 mais il a fallu dix ans pour établir que les décès étaient dus à la présence de diéthylène glycol, un solvant toxique utilisé par l'industrie du cuir.

"Depuis plusieurs milliers d'enfants sont morts d'avoir consommé du paracétamol en sirop empoisonné au diéthylène glycol", a-t-il dit à l'AFP. Le spécialiste avait publié une étude en 1995 dans le British Medical Journal sur les retombées dramatiques de cet empoisonnement.

sa/tha/ef/ml

PLUS:hp