NOUVELLES

RDC: poursuite des expulsions en provenance du Congo (société civile)

21/07/2014 12:37 EDT | Actualisé 20/09/2014 05:12 EDT

Les expulsions de ressortissants de la République démocratique du Congo vivant au Congo-Brazzaville se poursuivent, et 13.500 d'entre eux sont rentrés au pays par le Sud-Ouest en deux semaines, a-t-on appris lundi auprès de "La société civile", mouvement qui regroupe associations et ONG.

"Près de la moité d'entre eux" soutiennent qu' "ils ont été expulsés" et le reste dit être rentré" par crainte" de subir des violences comme cela fut le cas pour leurs concitoyens expulsés de Brazzaville depuis le début du mois d'avril, a déclaré à l'AFP Valentin Vangi Ndungi, coordonnateur de la "société civile" pour la province du Bas-Congo

Depuis le lancement, le 4 avril, d'une vaste opération policière destinée officiellement à combattre la délinquance (baptisée "Mbata ya mokolo", "la gifle des aînés" en lingala) plus de 130.000 Congolais vivant au Congo voisin sont rentrés en RDC, arrivant à Kinshasa, après avoir traversé le fleuve Congo, principalement en provenance de Brazzaville et des alentours.

Au Bas-Congo, la plupart des arrivants ont marché près de 120 km, les plus chanceux ayant pu couvrir la distance à moto jusqu'à Tshela (280 km au sud-ouest de Kinshasa), a indiqué M. Vangi.

"Aucune structure d'accueil" n'a encore été prévue pour eux et ces personnes vivent dans des "situations précaires", a-t-il ajouté.Un enfant est déjà mort de la rougeole sur place.

Fin mai, l'ONU avait enjoint les autorités de Brazzaville à mettre fin aux expulsions des ressortissants de la RDC après que l'opération "Mbata ya mokolo" se fut caractérisée,selon plusieurs ONG, par un grand nombre de violations des droits de l'Homme (violences physiques, mauvais traitements et violences sexuelles).

Kinshasa et Brazzaville sont convenuesde mener une enquête conjointe pour faire la lumière sur ces accusations. Brazzaville a déjà radié 17 policiers pour mauvaise conduite.

mbb/mj/jmc/sba

PLUS:hp