NOUVELLES

Le FMI relève ses prévisions de croissance pour l'Allemagne en 2014 et 2015

21/07/2014 11:18 EDT | Actualisé 20/09/2014 05:12 EDT

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé lundi ses prévisions de croissance pour l'Allemagne en 2014 malgré la menace que représente la crise en Ukraine pour le moteur économique de la zone euro.

L'Allemagne devrait atteindre une croissance de 1,9% sur l'ensemble de l'année 2014, là où l'institution de Washington prévoyait initialement une progression de 1,7%, a expliqué le FMI dans son rapport annuel consacré au pays.

Le rapport, paru lundi, mise également sur une croissance de 1,7% en 2015, au-dessus du 1,6% prévu auparavant.

"Une reprise est en cours" en Allemagne grâce notamment "à la demande intérieure" et à "un marché du travail solide", a déclaré l'équipe chargée du rapport dans un communiqué de presse.

Le pays bénéficie également de la bonne santé de ses entreprises et de ses ménages, et d'une politique budgétaire améliorée, ajoutent-ils.

Le FMI se montre donc dorénavant un peu plus optimiste que le gouvernement allemand dans ses prévisions pour 2014. Berlin s'attend en effet à une croissance 1,8% cette année. Pour 2015, il espère 2%.

L'institution internationale met toutefois en garde contre les éventuelles conséquences de la crise en Ukraine sur la dynamique de croissance allemande.

"Une escalade des tensions géopolitiques en Ukraine et en Russie pourrait nuire à l'Allemagne. Les liens commerciaux directs et l'exposition financière (du pays) restent modestes mais les risques pourraient tout de même affecter indirectement l'Allemagne", à cause d'un affaiblissement de ses partenaires en Europe centrale, note le FMI.

En cas de tensions sur le marché de l'énergie, "l'Allemagne serait fortement affectée à cause de sa forte dépendance au pétrole et au gaz russe", ce dernier représentant 40% de la consommation totale du pays, rappelle encore l'institution internationale.

Les experts de Washington conseillent également à Berlin de "rester vigilant" sur la hausse du marché immobilier outre-Rhin.

"Les faibles taux d'intérêts (en zone euro) contribuent à une hausse du cycle immobilier", avertit le FMI, en rappelant que les prix ont augmenté de 18% en cinq ans sur le marché, mais restent sous leur pic historique du milieu des années 90, en euros constants.

"S'il n'y a pas besoin de passer à l'action pour l'instant, les autorités devraient préparer leur boîte à outil macroprudentielle", écrivent les économistes du fonds.

Cet avertissement fait écho aux récentes déclarations du ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

Dans un entretien au quotidien allemand Handelsblatt paru lundi, il appelle la Banque centrale européenne (BCE) à faire davantage pour éviter la formation de bulles financières sur les marchés, en soulignant qu'"il y a sur le marché immobilier des signes de formation de bulles".

"Nous ne pouvons pas abandonner aux seuls régulateurs des Etats la tâche d'éviter les bulles. Les banques centrales doivent avoir cela en tête dans leurs décisions sur la masse monétaire", a fait valoir M. Schäuble.

rfo/oaa/jeb

PLUS:hp