NOUVELLES

Gaza: Abbas et Mechaal veulent un arrêt de "l'agression israélienne et la levée du blocus

21/07/2014 11:16 EDT | Actualisé 20/09/2014 05:12 EDT

Le président palestinien Mahmoud Abbas et le chef du Hamas Khaled Mechaal ont appelé à la fin de "l'agression israélienne" contre la bande de Gaza et la levée du blocus, lors d'une rencontre lundi à Doha, a déclaré à l'AFP un responsable palestinien.

Les deux hommes, dont c'est la première rencontre depuis le début le 8 juillet de l'offensive israélienne sur l'enclave palestinienne contrôlée par le Hamas, ont en outre décidé de "poursuivre les consultations avec les différentes factions palestiniennes et les contacts" à l'étranger en vue d'un cessez-le-feu, a ajouté Saëb Erakat.

Ainsi, a-t-il dit, Azzam al-Ahmed, responsable du Fatah, le mouvement du président Abbas, "va se rendre en Egypte", qui a joué les médiateurs lors de précédents conflits entre le Hamas palestinien et Israël et dont une proposition de cessez-le-feu la semaine dernière avait été soutenue par la Ligue arabe mais rejetée par le Hamas.

Pour sa part, le secrétaire d'Etat américain John Kerry était attendu lundi au Caire où est arrivé le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, en tournée régionale pour tenter de favoriser un arrêt des hostilités entre Israéliens et Palestiniens.

La levée du blocus de Gaza, imposé depuis des années, est l'une des conditions posées par le Hamas pour un cessez-le-feu dans le conflit qui a coûté la vie à près de 550 Palestiniens en deux semaines.

Le Hamas exige aussi l'ouverture du poste-frontière de Rafah avec l'Egypte et la libération de prisonniers détenus par Israël.

"Ce ne sont pas des conditions mais des engagements qu'Israël doit honorer", a dit Saëb Erakat, dénonçant "une guerre dirigée, non pas contre Gaza, mais contre l'ensemble du peuple palestinien, sa réconciliation et le projet de deux Etats" israélien et palestinien vivant côte à côte dans la paix et la sécurité.

Ce conflit, le plus sanglant depuis 2009 dans l'enclave palestinienne, est le cinquième entre le Hamas et Israël en moins d'une décennie. Il a fait près de 550 morts côté palestinien, en grande majorité des civils, dont des dizaines d'enfants.

Côté israélien, les pertes sont essentiellement dans les rangs de l'armée: 18 soldats ont été tués, outre deux civils mortellement touchés par des tirs de roquettes sur le sud du territoire israélien.

bur-tm/feb

PLUS:hp