VIDEO

La fatigue au volant devrait être criminelle, dit un coroner

21/07/2014 12:55 EDT | Actualisé 20/09/2014 05:12 EDT
Dudarev Mikhail

Un coroner recommande que la fatigue au volant soit une infraction au Code de sécurité routière passible d'amendes élevées et de lourdes peines, comme l'alcool au volant.

Un texte de Josée Thibeault Twitter Courriel

Il aura fallu plus de trois ans pour que le coroner Quoc-Bao Do complète son enquête sur les causes d'une collision qui a fait cinq morts à l'intersection des routes 345 et 158 dans Lanaudière en février 2011.

Le coroner attribue à la fatigue ou à la somnolence du conducteur la cause de l'accident. Le conducteur, Sébastien Cormier, revenait d'une nuit de travail avec des collègues. L'état mécanique de son véhicule, une fourgonnette Econoline usagée, n'est pas en cause dans l'accident.

Les recommandations du coroner sont de deux ordres. D'abord, il suggère que la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) intensifie ses campagnes de sensibilisation sur les dangers de la conduite en état de fatigue.

Il propose aussi d'équiper les routes de panneaux qui recommandent des arrêts de repos fréquents et des messages d'information sur le danger du tueur insidieux qu'est la fatigue au volant. Une campagne de publicité à cet effet est d'ailleurs visible actuellement à la télévision.

Par ailleurs, le coroner Quoc-Bao Do dit croire qu'éventuellement « la conduite avec les facultés affaiblies par la fatigue [doit] aussi être passible d'amendes et de lourdes peines pénales comme l'alcool ». Ceci dans le but d'améliorer la sécurité de l'ensemble des usagers de la route et de sauver des vies.

Un carrefour dangereux

Bizarrement, le coroner ne dit rien sur le fait que l'endroit où s'est produit l'accident était bien connu comme une intersection dangereuse par les autorités.

En plus de l'accident de février 2011 qui a fait cinq morts, un autre, en août de la même année, a fauché deux vies.

Selon ce que Radio-Canada avait dévoilé, en 2007, le ministère des Transports avait identifié l'intersection des routes 345 et 158 comme un secteur dangereux qui devrait faire l'objet de travaux pour un carrefour giratoire en 2009.

Ils n'ont finalement été réalisés qu'à l'automne 2012.