NOUVELLES

Chine: reprise en main idéologique en vue contre les influences occidentales

21/07/2014 06:01 EDT | Actualisé 20/09/2014 05:12 EDT

Le Parti communiste chinois (PCC) veut lancer une reprise en main idéologique des fonctionnaires pour les préserver des influences occidentales, sources de "désorientation" et de "perte d'identité", a annoncé lundi un quotidien officiel du PCC.

Une récente circulaire du puissant Département à l'organisation du PCC averti que les fonctionnaires devront réaffirmer leur "foi" dans le "socialisme aux caractéristiques chinoises" et en passer pour cela par des sessions d'"instruction approfondie" des principes marxistes, selon le Global Times.

Les valeurs occidentales prohibées comprennent la démocratie constitutionnelle, les valeurs universelles et la "société civile", selon la circulaire citée par le journal, qui met en garde également contre la "superstition" et la religion.

Les "écoles du Parti" et autres institutions devront à cette fin mettre l'accent également sur "la culture chinoise traditionnelle", afin de protéger "l'indépendance spirituelle" des fonctionnaires de l'État-Parti et leur éviter de devenir des "bénis oui-oui des valeurs morales occidentales", selon le journal.

Le Global Times, émanation du groupe du Quotidien du peuple, organe officiel du PCC, précise que la circulaire recommande la mise en place d'un mécanisme de formation "à long terme" pour affronter le problème, à l'heure des "profonds changements" intervenus tant en Chine que dans le domaine international.

Le "manque de foi" et "la mauvaise moralité" des fonctionnaires sont devenus un "grave problème" pour l'image du PCC, indique encore le journal citant l'agence Chine nouvelle, en référence à la corruption galopante au sein du Parti et de l'État.

Récemment, l'Académie chinoise des sciences sociales, principal "think tank" du pays, s'est faite rappeler à l'ordre par le PCC qui l'a accusée d'être "infiltrée par les idées occidentales". Les membres de l'académie et ses chercheurs devront dorénavant être évalués sur leur idéologie et leur discipline politique, rappelle le journal, citant une directive des instances disciplinaires du PCC.

Au pouvoir depuis 1949 et fort de 86,7 millions de membres, le PCC fait périodiquement l'objet de "campagnes d'assainissement" idéologique destinées à contrebalancer son implication étroite dans le développement capitaliste de la Chine.

Cette nouvelle tentative de reprise en main idéologique va de pair avec l'actuelle campagne anti-corruption lancée par le président Xi Jinping, l'une des plus énergiques depuis des décennies.

Le thème récurrent de la résistance aux "influences occidentales" s'inscrit dans la volonté du président Xi de promouvoir le "rêve chinois", fondé sur une identité nationale qui lui soit propre.

kgo-ple/fw

PLUS:hp