NOUVELLES

Cazeneuve dénonce près de Paris des "violences antisémites", des actes "graves et intolérables"

21/07/2014 01:58 EDT | Actualisé 19/09/2014 05:12 EDT

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est rendu lundi matin à Sarcelles, une banlieue au nord de Paris, théâtre de violences et de pillages dimanche, pour y dénoncer des "actes graves, intolérables" et des "violences antisémites".

"Quand on s'approche d'une synagogue, qu'on brûle une épicerie parce qu'elle est tenue par un juif, on commet un acte antisémite. Les choses doivent être qualifiées", a-t-il déploré devant la presse.

De nombreux commerces de la ville ont été mis à sac dimanche, notamment une épicerie casher qui avait déjà été visée par un attentat à la grenade en septembre 2012 par le groupe dit de "Cannes-Torcy", une cellule terroriste démantelée peu après.

Les violences à Sarcelles, voitures brûlés et mobilier urbain saccagé, ont suivi un rassemblement interdit de soutien aux Palestiniens de Gaza.

Le ministre de l'Intérieur a estimé qu'il était "légitime" de pouvoir exprimer une position sur les événements aujourd'hui à Gaza, où au moins 502 Palestiniens ont été tués depuis le début le 8 juillet de l'offensive israélienne contre l'enclave palestinienne qui a également fait 18 morts dans les rangs de l'armée israélienne.

En revanche, il a jugé "intolérable que l'on s'en prenne à des synagogues ou à des commerces parce qu'ils sont tenus par des juifs. Rien ne peut justifier de telles violences", a-t-il insisté.

Le ministre a rencontré des membres de la communauté de Sarcelles à la synagogue ainsi que le grand rabbin de France, Haïm Korsia, selon une journaliste de l'AFP sur place.

jlo-ger/gf/ros

PLUS:hp