NOUVELLES

Ban Ki-moon arrive en Egypte pour évoquer la situation à Gaza (responsables)

21/07/2014 10:07 EDT | Actualisé 20/09/2014 05:12 EDT

Le patron de l'ONU Ban Ki-moon est arrivé lundi en Egypte pour évoquer la situation dans la bande de Gaza où plus de 500 Palestiniens ont péri en deux semaines d'offensive israélienne, selon des responsables de l'aéroport du Caire.

Dans le cadre d'une tournée au Moyen-Orient visant à mettre fin au conflit entre Israël et le Hamas palestinien qui contrôle Gaza, le secrétaire général des Nations unies doit rencontrer le chef de la diplomatie égyptienne Sameh Choukri, tandis que le secrétaire d'Etat américain John Kerry est attendu plus tard lundi dans la capitale égyptienne.

Avant l'Egypte, habituelle médiatrice dans les conflits entre le Hamas et Israël, M. Ban s'est rendu au Qatar, acteur de poids dans les négociations pour une trêve en raison de ses liens avec le Hamas, puis au Koweït, qui assure les présidences tournantes du sommet arabe et du Conseil de coopération du Golfe.

L'Egypte a présenté cette semaine une initiative de cessez-le-feu, soutenue par la Ligue arabe mais rejetée par le Hamas qui a conditionné son accord à une levée du blocus de Gaza, l'ouverture de la frontière avec l'Egypte et la libération de dizaines de détenus. Le mouvement islamiste a affirmé ne pas avoir été mis au courant de cette proposition et l'avoir apprise par les médias, ce qui l'a rendu furieux.

Ce conflit, le plus sanglant depuis 2009 dans l'enclave palestinienne, est le quatrième entre le Hamas et Israël en moins d'une décennie. Il a fait au moins 530 morts côté palestinien, en grande majorité des civils, dont des dizaines d'enfants.

Côté israélien, les pertes sont essentiellement dans les rangs de l'armée, désormais déployée à l'intérieur et autour de la bande de Gaza: 18 soldats ont été tués, ainsi que deux civils mortellement touchés par des tirs de roquette sur le sud du territoire israélien.

Au début de sa tournée à Doha, M. Ban a pressé dimanche Israël de "faire beaucoup plus" pour épargner les civils dans son offensive militaire contre la bande de Gaza.

Dimanche soir, le Conseil de sécurité de l'ONU a exprimé sa "grave préoccupation devant le nombre croissant de victimes" du conflit à Gaza et a réitéré son appel à "cesser immédiatement les hostilités".

str-sbh/sw

PLUS:hp