INTERNATIONAL

Écrasement en Ukraine: Un chef rebelle s'explique sur le déplacement des corps

20/07/2014 09:12 EDT | Actualisé 19/09/2014 05:12 EDT
DOMINIQUE FAGET via Getty Images
Self-proclaimed Prime Minister of the pro-Russian separatist 'Donetsk People's Republic' Alexander Borodai gives a press conference in the eastern Ukrainian city of Donetsk, on July 20, 2014. Pro-Russian rebels in eastern Ukraine said on July 20 they had recovered objects which appear to be the black boxes of downed Malaysian airliner MH17 and are willing to hand them over to international investigators. AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET (Photo credit should read DOMINIQUE FAGET/AFP/Getty Images)

Un chef rebelle, Alexandre Borodaï, a expliqué dimanche à Donetsk que le déplacement des corps de passagers du vol malaisien, qui a suscité de fortes critiques à l'étranger, avait été nécessaire pour les protéger de la chaleur et d'animaux sauvages.

«Hier, nous avons commencé à déplacer les corps car nous ne pouvions plus attendre, à cause de la chaleur et aussi de la zone où il y a beaucoup de chiens et de bêtes sauvages», a expliqué le «premier ministre» de la république autoproclamée de Donetsk, lors d'une conférence de presse.

«Nous avons bougé les corps par respect pour les familles, a-t-il poursuivi, car cela devenait inhumain dans ces conditions».

«156 corps ont été déplacés à Torez (une ville proche du site de l'écrasement - ndlr) dans des wagons réfrigérés» et «ils ne vont nulle part, ils restent à Torez en attendant que les experts arrivent», a-t-il ajouté.

Un journaliste de l'AFP a vu dimanche après-midi cinq voitures réfrigérées sans fenêtres stationnant en gare de Torez. Le moteur de la locomotive tournait, probablement pour alimenter le système de réfrigération, tandis qu'une employée des chemins de fer déclarait «attendre les ordres» et ne pas savoir si et quand le train pourrait partir.

Une certaine confusion demeurait sur le nombre des corps placés à bord du train, un porte-parole de l'OSCE ayant indiqué, citant les rebelles, qu'ils étaient 169, alors qu'un responsable ukrainien a évoqué "192 corps et huit fragments de corps".

Le chef rebelle n'a pas donné de renseignements sur le sort des autres corps, tandis que selon les autorités ukrainiennes, 38 d'entre eux auraient été transportés au service de médecine légale d'un hôpital régional.

298 personnes avaient péri à bord du vol MH17, dont 192 Néerlandais.

M. Borodaï s'est également étonné que les experts internationaux ne soient pas encore sur la zone.

«Pourquoi les experts ne sont pas encore là? Nous avons des contacts avec les Malaisiens qui devraient arriver dans la soirée, mais ce sont les seuls», a-t-il dit.

Les passagers du vol MH17 «sont les victimes collatérales du génocide de l'armée ukrainienne», a encore affirmé le chef rebelle.

Quant à une trêve ponctuelle pour faciliter la récupération des corps et le travail des experts, il a réaffirmé que Kiev la refusait. «Pour un cessez-le-feu, il faut être deux. Nous sommes prêts pour un cessez-le-feu mais l'armée ukrainienne n'est pas prête», a-t-il dit.

INOLTRE SU HUFFPOST

Photos Of MH17 Crash In Ukraine