NOUVELLES

Une attaque contre un poste frontalier de l'ouest de l'Égypte a tué 22 soldats

20/07/2014 07:03 EDT | Actualisé 19/09/2014 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Le bilan de l'attaque audacieuse perpétrée samedi contre un poste frontalier de l'ouest de l'Égypte, à la frontière avec la Libye, a été porté à 22 soldats tués, dont trois officiers, a annoncé l'armée égyptienne dimanche.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière pour l'armée égyptienne de mémoire récente. Le président Abdel-Fattah el-Sissi, ancien chef de l'armée, a affirmé qu'il s'agissait d'une attaque terroriste et que les coupables seraient punis. Il a décrété un deuil national de trois jours.

Le président El-Sissi a discuté dimanche avec les proches de quelques victimes avant leurs funérailles dans un aéroport militaire du Caire, qui ont été diffusées à la télévision seulement après avoir été achevées.

Des hommes armés de grenades propulsées par des fusées ont attaqué le poste frontalier dans le gouvernorat de la Nouvelle-Vallée, qui borde les frontières avec la Libye et le Soudan, dans le sud-ouest de l'Égypte. L'attaque, survenue à l'aube, a provoqué l'explosion d'un entrepôt de munitions. Trois assaillants ont été tués dans de brefs combats.

Les forces de sécurité égyptiennes sont de plus en plus souvent attaquées depuis le renversement du régime du président Hosni Moubarak, en 2011. Les attaques se sont intensifiées l'été dernier après que l'armée, alors dirigée par El-Sissi, eut renversé le président islamiste Mohammed Morsi après des jours de manifestations réclamant sa démission.

PLUS:pc