NOUVELLES

Turquie: Erdogan s'en prend à Washington à propos de Gaza

20/07/2014 09:17 EDT | Actualisé 19/09/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre turc a appelé sans aménité dimanche les Etats-Unis à faire leur "autocritique" après que le département d'Etat américain eut jugé "offensantes" ses déclarations stigmatisant l'offensive israélienne sur Gaza.

"Si l'Amérique continue à dire 'Israël utilise son droit à l'autodéfense', c'est indéniablement l'Amérique qui doit faire son autocritique", a déclaré à la chaîne d'informations TGRT le Premier ministre islamo-conservateur, dont le pays est l'allié des Etats-Unis au sein de l'OTAN.

M. Erdogan, un fervent défenseur de la cause palestinienne, a dénoncé avec virulence les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza, accusant l'Etat hébreu de "terrorisme d'Etat" et de "génocide" à l'encontre des Palestiniens.

Vendredi, la porte-parole du département d'Etat américain Jen Psaki a critiqué les commentaires de M. Erdogan, les qualifiant "d'offensants et faux".

"Nous estimons que ses déclarations sont offensantes et fausses, et bien sûr, ce type de rhétorique est inutile et détourne l'attention des efforts urgents en vue de conclure un cessez-le-feu", a-t-elle déclaré.

"Lorsque nous avons des soucis à propos de déclarations ou d'actions, même s'il s'agit d'un allié de l'OTAN, nous n'hésitons pas à en faire état", avait-elle ajouté.

M. Erdogan s'est déclaré exaspéré par les critiques des Etats-Unis.

"En fait, ce sont les Etats-Unis qui ont fait jusqu'à présent des déclarations dérangeantes et offensantes" à propos de l'offensive israélienne sur Gaza", a-t-il dit.

Il a de nouveau dénoncé les actions militaires israéliennes, accusant Israël de recourir à un usage "disproportionné de la force" et de tuer les Palestiniens "sans pitié".

"Comment ignorer cela, comment un pays comme les Etats-Unis peut-il être aveugle face à cela", s'est-il indigné.

Une délégation turque dirigée par le sous-secrétaire du ministère des Affaires étrangères Feridun Sinirlioglu doit se rendre lundi aux Etats-Unis pour une visite de travail, a annoncé le ministère.

La délégation doit avoir des entretiens avec de hauts responsables du département d'Etat et du Conseil national de sécurité portant sur les relations bilatérales, les crises régionales et la situation internationale.

fo/mr

PLUS:hp