NOUVELLES

La Tunisie sévit contre les islamistes radicaux qui appellent à la guerre sainte

20/07/2014 07:33 EDT | Actualisé 19/09/2014 05:12 EDT
AFP

TUNIS, Tunisie - Le gouvernement tunisien a annoncé que toutes les mosquées et tous les médias du pays qui appellent à la guerre sainte seront immédiatement fermés, dans une tentative de freiner l'islam radical qui, craint-il, risque de faire dérailler la transition du pays vers la démocratie.

Selon un communiqué publié tôt dimanche, toutes les mosquées qui fonctionnent hors du contrôle du ministère des Affaires religieuses seront fermées, de même que les lieux de culte qui ont célébré le meurtre de 15 soldats tunisiens près de la frontière algérienne la semaine dernière.

Le gouvernement a aussi annoncé la fermeture des stations de radio et de télévision qui ne disposent pas d'une autorisation officielle, qui appellent au jihad ou qui déclarent que certaines personnes sont des infidèles.

Samedi, la police a arrêté une soixantaine de présumés islamistes radicaux lors de rafles menées dans plusieurs régions du pays.

Ces mesures ont été adoptées après les attaques contre deux postes militaires du mont Chaambi par un groupe extrémiste qui serait lié à la branche nord-africaine d'Al-Qaïda.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les mouvements islamistes en Afrique