NOUVELLES

GB: le ministre de la Défense a appelé Vladimir Poutine à "cesser son ingérence" en Ukraine

20/07/2014 10:19 EDT | Actualisé 19/09/2014 05:12 EDT

Le nouveau ministre britannique de la Défense, Michael Fallon a appelé dimanche le président russe Vladimir Poutine à "éloigner ses troupes de la frontière" ukrainienne et à "cesser son ingérence" dans la région, dans une interview au Mail on Sunday.

Interrogé par l'hebdomadaire dominical pour savoir si, selon lui, le président russe Vladimir Poutine soutenait les séparatistes ukrainiens pro-russes, Michael Fallon a répondu "oui". "C'est le danger qui découle des activités russes autour de la frontière ces derniers mois. C'est pourquoi il (Poutine:NDLR) doit éloigner ses troupes de la frontière et cesser son ingérence" dans la région.

"Ils doivent sortir de l'est de l'Ukraine et laisser l'Ukraine aux Ukrainiens", a poursuivi le ministre connu pour son franc-parler.

Concernant l'accident de l'avion malaisien, le ministre a affirmé que "si la Russie est le principal coupable, nous pouvons prendre de nouvelles mesures contre eux et faire clairement savoir que ce genre de guerre parrainée est totalement inacceptable".

"C'est du terrorisme parrainé en ce qui concerne les habitants de l'est de l'Ukraine", a-t-il ajouté.

"Nous ne savons pas si quelqu'un a dit +abattons un avion civil, d'où qu'il vienne+ mais nous devons le découvrir", a-t-il encore déclaré.

"Si le président Poutine ne change pas son approche en Ukraine, alors l'Europe et l'Occident doivent changer fondamentalement leur approche de la Russie", a-t-il fait valoir.

"Il ne s'agit pas d'une action militaire, mais il est temps de faire en sorte que notre pouvoir, notre influence et nos ressources comptent", a-t-il précisé.

"Nous devons être très clairs que s'il y a d'autres ingérences comme celle-ci et que s'il s'avère qu'il (Poutine: NDLR) était derrière celle-ci, alors il y aura des répercussions. Il doit comprendre que l'Occident agira", a-t-il dit.

Interrogé pour savoir si la crise en Ukraine était le résultat d'une tentative par Vladimir Poutine de reconstruire l'ancien bloc communiste, Michael Fallon a répondu "qu'il y avait une tendance qui se dessinait. Nous avons vu ce qu'il a fait en Géorgie, nous voyons maintenant ce qu'il fait en Crimée et nous devons répondre à ça".

"De nombreux signes montrent que les sanctions financières affectent déjà l'économie russe et la capacité de ses structures à faire des affaires via Londres. Il y a toute une gamme d'autres sanctions disponibles, qui couperaient davantage de liens avec la Russie", a-t-il fait valoir.

Vladimir Poutine "a besoin de faire des affaires avec l'Occident et dépend de la City de Londres", a-t-il affirmé.

mc/ih

PLUS:hp