NOUVELLES

Gaza: le bilan dépasse les 425 morts palestiniens (services de santé)

20/07/2014 10:37 EDT | Actualisé 19/09/2014 05:12 EDT

Au moins 425 Palestiniens ont été tués à Gaza depuis le début de l'offensive militaire israélienne le 8 juillet, dont 87 dimanche, a annoncé le porte-parole des services de secours Achraf al-Qoudra.

Les corps continuaient dimanche à être extirpés des décombres de Chajaya, une banlieue à l'est de la ville de Gaza, où l'armée israélienne a mené le bombardement le plus meurtrier depuis le début du conflit, dans lequel au moins 62 Palestiniens ont été tués, selon M. al-Qoudra.

En outre, plus de 210 personnes ont été blessées à Chajaya depuis les premières heures de dimanche, a déclaré un responsable de la santé au sein du Hamas, Youssef Abou Rech, lors d'une conférence de presse à l'hôpital Chifa de la ville de Gaza.

Il a mis en garde contre "une catastrophe humanitaire" si les blessés et les morts encore sur place n'étaient pas évacués rapidement.

Le mouvement islamiste Hamas et Israël ont annoncé avoir accepté une demande du Comité international de la Croix Rouge (CICR) d'observer une trêve humanitaire, qui a été interrompu puis ré-appliquée avant que l'armée israélienne annonce finalement un arrêt des frappes jusqu'à 17H30 locales (14H30 GMT) à Chajaya.

Cette trêve doit permettre l'évacuation des victimes, alors que les ambulances ne pouvaient plus se rendre dans cette banlieue en raison des pilonnages intensifs menés par l'armée israélienne.

Sur les 425 Palestiniens qui ont péri à Gaza depuis le début de l'offensive israélienne le 8 juillet, 112 étaient des mineurs, 41 des femmes et 25 des personnes âgées, a indiqué Achraf al-Qoudra.

Sept Israéliens ont trouvé la mort depuis le début de l'offensive: deux civils et cinq soldats. Les militaires ont tous été tués depuis le début de l'offensive terrestre lancée jeudi: quatre l'ont été samedi et un autre dans la nuit de jeudi à vendredi, victime d'un "tir ami".

Par ailleurs, 76.000 Palestiniens ont trouvé refuge dans des écoles gérées par les Nations unies, ont indiqué des services de l'ONU à l'AFP.

az-agr-dar/cbo

PLUS:hp