NOUVELLES

Egypte: peine réduite à six mois de prison en appel pour une avocate des droits de l'Homme

20/07/2014 10:16 EDT | Actualisé 19/09/2014 05:12 EDT

Une cour d'appel d'Alexandrie, dans le nord de l'Egypte, a allégé dimanche la peine de l'avocate des droits de l'Homme Mahienour el-Massry, poursuivie pour manifestation illégale, la condamnant à 6 mois de prison contre 2 ans en première instance, selon son avocat.

"Elle a déjà effectué trois mois de sa peine et il lui reste trois mois à purger", a précisé Me Karim Abdel Radi à l'AFP, ajoutant que sa cliente avait également été condamnée à payer une amende de 50.000 livres égyptiennes, soit environ 5.000 euros.

Plusieurs fois détenue sous le régime de Hosni Moubarak, elle a été l'une des figures de la révolte de 2011 qui a mis fin à trente ans de pouvoir absolu du "raïs". Elle a ensuite été de nouveau condamnée sous la présidence de l'islamiste Mohamed Morsi et désormais sous celle de son tombeur, l'ex-chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi.

Mme Massry est accusée d'avoir participé à une manifestation "illégale" en vertu d'une récente loi controversée qui interdit tout défilé n'ayant pas obtenu au préalable une autorisation du puissant ministère de l'Intérieur.

Depuis la destitution il y a un an de M. Morsi, les autorités se sont lancées dans une implacable répression visant toute opposition. Un temps cantonnée aux islamistes pro-Morsi, elle vise désormais aussi les mouvements laïques et libéraux.

Ainsi, depuis la promulgation fin novembre de la loi sur les manifestations, des dizaines de militants de la jeunesse progressiste ont été emprisonnés en vertu de ce texte.

Fin juin, alors qu'elle était derrière les barreaux, Mme Massry s'est vu attribué le prix français Ludovic-Trarieux 2014, décerné chaque année à un avocat ayant illustré "la défense du respect des droits de l'Homme".

mon/sbh/sw

PLUS:hp