NOUVELLES

L'opération "Barkhane" opérationnelle le 1er aout, dirigée par le général Palasset (Le Drian)

19/07/2014 06:30 EDT | Actualisé 18/09/2014 05:12 EDT

La nouvelle force militaire française en Afrique "Barkhane" sera opérationnelle le 1er août et son état-major basé à N'Djamena sous les ordres du général Jean-Pierre Palasset, a annoncé samedi dans la capitale tchadienne le ministre français de la Défense.

Le général Jean-Pierre Palasset a notamment dirigé la force française Licorne en Côte d'Ivoire en 2010-2011, qui a participé à la chute de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. Il a ensuite commandé les forces françaises en Afghanistan en 2011 et 2012.

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, qui accompagne le président François Hollande en visite au Tchad, a détaillé devant la presse le nouveau dispositif de lutte contre le terrorisme au Sahel, qui compte 3.000 soldats français.

La nouvelle force intégrera quatre bases régionales: un groupement tactique désert à Gao, au Mali; un autre à N'Djamena avec les forces aériennes; des forces séciales à Ouagadougou (Burkina Faso), et un pôle de renseignement à Niamey, au Niger, a indiqué le ministre.

Des bases avancées temporaires seront également installées à Madama (nord du Niger), Tessalit (nord du Mali) et dans le nord du Tchad, "sans doute à Faya-Largeau", a-t-il aussi indiqué.

"Ce seront des petites unités (30 à 50 personnes) susceptibles de pouvoir acueillir une opération si nécessaire. Tout cela en étroite intelligence avec les gouvernements concernés", a expliqué le ministre.

"L'opération Barkhane, c'est 3.000 hommes en bonne intelligence avec l'ensemble des gouvernements (de la zone concernée), avec une unité de commandement, une régionalisation de l'action, et une réactivité beaucoup plus forte", a résumé M. Le Drian.

En partenariat avec les cinq pays de la zone (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), Barkhane a pour objectif d'élargir à tout le Sahel l'action contre les mouvements jihadistes.

swi/mc/mba

PLUS:hp