NOUVELLES

Les restes de Casey Kasem étaient destinés pour Montréal, selon un document

19/07/2014 01:13 EDT | Actualisé 17/09/2014 05:12 EDT

Un peu plus d'un mois après son décès, Casey Kasem se trouve au coeur d'une nouvelle controverse, cette fois au sujet de ses restes, qui semblent disparus et qui étaient destinés à se retrouver dans une résidence funéraire de Montréal, s'il faut en croire un document déposé en cour.

Un juge a accordé à Kerri Kasem, la fille de l'ex-animateur radiophonique, une ordonnance d'interdiction temporaire visant à empêcher l'épouse de Kasem d'incinérer ses restes, mais le mystère règne quant à l'endroit où se trouvent ces restes.

Lorsque l'avocat représentant Kerri Kasem a voulu présenter une copie de l'ordonnance à un responsable d'une résidence funéraire de Tacoma, dans l'État de Washington, il s'est fait dire que les restes n'étaient plus là. L'avocat, Scott Winship, a précisé vendredi que la résidence funéraire ne pouvait pas dévoiler où avaient été envoyés les restes, ni leur éventuelle destination.

Tim Grant, directeur funéraire chez Gaffney Funeral Home & Cremation Services, a confirmé vendredi que le corps de Casey Kasem n'était plus là. Il ne pouvait toutefois pas discuter des arrangements qui étaient intervenus.

Selon une copie déposée à la cour supérieure du comté de Pierce, Jean Kasem, qui a été mariée à Casey Kasem pendant plus de 30 ans, a rempli un acte de décès daté du 15 juillet et donnant une adresse à Jérusalem, Israël. Le document utilisait l'expression «déplacement de l'État» comme méthode prévue pour disposer des restes, identifiait la maison funéraire Urgel Bourgie à Montréal comme lieu de disposition des restes, et le 14 juillet comme date de disposition.

Un homme répondant au téléphone à la maison funéraire Urgel Bourgie, vendredi soir, a déclaré que la résidence n'avait pas disposé de tels restes et qu'elle n'avait personne répondant au nom de Casey Kasem dans son système informatique.

Teruyuki Olsen, un avocat de l'épouse de Kasem, a refusé de commenter, vendredi, ou de fournir quelque information que ce soit au sujet de la dépouille.

Kasem, l'ancien animateur de «American Top 40», a rendu l'âme le 15 juin à l'âge de 82 ans. Il était atteint de démence, et son décès a suivi une longue dispute entre Jean Kasem et les trois enfants de l'animateur, nés de son premier mariage, liée aux soins à lui apporter en fin de vie.

Devant un juge de la cour supérieur du comté de Pierce, mercredi, Kerri Kasem a demandé l'autorisation d'exiger une autopsie sur le corps de son père, de même qu'une ordonnance d'interdiction temporaire visant à s'assurer que le corps soit entreposé en chambre froide, et non incinéré, jusqu'à ce que cette autopsie soit complétée.

Le juge Ronald Culpepper a ordonné à Jean Kasem de s'assurer que les restes de l'animateur soient préservés et que sa dépouille demeure à la résidence funéraire de Tacoma jusqu'à ce que la cour prenne une décision sur la requête d'autopsie, à la suite d'une audience devant avoir lieu le 25 juillet.

PLUS:pc