NOUVELLES

Le Premier ministre italien entame au Mozambique une tournée africaine à vocation économique

19/07/2014 12:51 EDT | Actualisé 18/09/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre italien Matteo Renzi a entamé samedi une visite au Mozambique, première étape d'une tournée en Afrique destinée à renforcer les liens économiques avec ce continent.

"C'est la première fois qu'un Premier ministre italien vient au Mozambique", a dit M. Renzi lors d'un déjeuner en son honneur au Palais présidentiel de Maputo, à l'invitation du président Armando Guebuza.

M. Guebuza a qualifié d'"excellentes" les relations entre les deux pays. "Nous avons regardé avec une grande satisfaction l'épanouissement constant de la coopération économique et des relations d'affaires" entre les deux pays, a-t-il souligné.

Une importante délégation incluant le directeur-général de la compagnie pétrolière ENI Claudio Descalzi, ainsi que de la Confindustria (organisation des chefs d'entreprise italiens) accompagne le Premier ministre.

ENI a réalisé ces trois dernières années de grandes découvertes de gaz naturel dans les eaux profondes au large de la côte nord du Mozambique. L'exploitation devrait commencer en 2018, mais l'incertitude prévaut sur la date de lancement des travaux.

Le Mozambique recèle des réserves de gaz naturel parmi les plus importantes au monde, avec 4.800 milliards de m3 découvertes.

ENI et la compagnie américaine Anadarko doivent s'entendre sur l'investissement final que demanderont les équipements de gaz naturel liquéfié (GNL), dans l'attente de nouvelles lois concernant ce secteur.

Le gouvernement mozambicain, pour sa part, estime qu'un investissement initial de 50 milliards de dollars est nécessaire pour produire du gaz naturel.

"Nous sommes sûrs que cet investissement sera rentable", a dit M. Renzi, ajoutant que "les 50 milliards de dollars ne serviront pas seulement au projet de gaz naturel, mais plus largement, à la croissance du pays".

L'Italie et le Mozambique entretiennent des liens étroits. Des responsables religieux italiens, notamment de l'association catholique Sant'Egidio, et des diplomates ont participé comme médiateurs dans le processus qui a abouti au Traité de paix signé à Rome en 1992, qui a mis fin à 16 ans de guerre civile au Mozambique.

Après le Mozambique, M. Renzi doit se rendre en République démocratique du Congo et en Angola, puissance pétrolière où ENI est aussi implantée.

jaj/jcm/jmc/de

PLUS:hp