NOUVELLES

L'écrasement en Ukraine pourrait forcer les transporteurs à modifier leurs vols

19/07/2014 06:32 EDT | Actualisé 18/09/2014 05:12 EDT

L'hypothèse voulant que l'avion de ligne qui s'est écrasé en Ukraine avec près de 300 personnes à bord ait été touché par un missile pourrait avoir d'importantes conséquences pour les transporteurs aériens du monde entier.

Les transporteurs pourraient devoir être plus vigilants quant aux zones de conflit, ce qui pourrait allonger la durée des vols et consommer plus de carburant, une dépense supplémentaire qui risque d'être refilée aux passagers à travers des tarifs plus élevés. Ils pourraient même être forcés de reconsidérer plusieurs trajets internationaux.

Dans les heures ayant suivi l'écrasement de l'avion de Malaysia Airlines, jeudi, des transporteurs de partout dans le monde ont commencé à dérouter leurs vols pour éviter l'Ukraine. Des experts ont questionné la décision de Malaysia Airlines de survoler une zone troublée, bien que le premier ministre malaisien ait affirmé que le trajet entre Amsterdam et Kuala Lumpur avait été déclaré sûr par les autorités internationales de l'aviation civile.

En avril, l'agence américaine de l'aviation (FAA) a prévenu les transporteurs aériens que la revendication de la Russie sur l'espace aérien de la péninsule de Crimée, en Ukraine, pourrait mener à des instructions contradictoires des contrôleurs aériens. Quelques semaines plus tard, la FAA a diffusé un avertissement plus sévère en demandant aux pilotes de ne pas survoler cette région, tandis que l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a demandé aux gouvernements de prévenir les transporteurs aériens de leur pays.

L'écrasement de jeudi s'est toutefois produit hors de la zone visée par les avertissements.

Thomas Routh, un avocat de Chicago spécialisé dans l'aviation, a indiqué qu'il serait inhabituel pour un transporteur aérien d'ignorer de tels avertissements, mais il a précisé qu'il revenait aux transporteurs eux-mêmes de déterminer si un trajet est sûr pour les passagers et les membres d'équipage.

«Il y a des compagnies aériennes qui survolent l'Afghanistan tous les jours», a-t-il souligné à titre d'exemple.

John Cox, un ancien pilote de ligne devenu enquêteur d'accidents, a affirmé que malgré les avertissements, l'espace aérien de l'est de l'Ukraine n'avait pas été fermé. L'équipage du vol de Malaysia Airlines a soumis un plan de vol et «la Russie et l'Ukraine ont toutes deux accepté l'avion dans leur espace aérien», a-t-il indiqué.

Dérouter des vols pour contourner des zones de conflits coûte de l'argent, puisque les avions doivent consommer plus de carburant. Un expert américain de l'aviation, Norman Shanks, a précisé que plusieurs transporteurs aériens continuaient de survoler l'Ukraine malgré les avertissements, parce qu'il s'agit du trajet le plus court qui leur permet d'économiser du carburant.

Greg Raiff, un consultant en aviation au New Hampshire, a souligné que si les transporteurs aériens devaient éviter toutes les régions de conflits du monde, la durée des vols s'allongerait, ce qui exigerait plus de carburant et des pilotes supplémentaires. Cela pourrait rendre certains trajets non rentables et pousser des transporteurs à les abandonner.

PLUS:pc