NOUVELLES

Irak: une série d'attentats à Bagdad fait au moins 27 morts et 76 blessés

19/07/2014 08:46 EDT | Actualisé 18/09/2014 05:12 EDT

BAGDAD - Une série d'attentats, dont trois survenus en moins de 10 minutes, ont fait au moins 27 morts à travers Bagdad, samedi, ébranlant le fragile sentiment de sécurité qu'a maintenu la capitale irakienne malgré l'offensive de militants sunnites faisant rage à travers le nord et l'ouest du pays.

Ces attaques sont parmi les plus importantes à Bagdad depuis que des rebelles dirigés par le groupe extrémiste État islamique se sont emparés de la deuxième ville du pays, Mossoul, le mois dernier, au début de leur blitz à travers l'Irak. Après la chute de Mossoul, le gouvernement a agi rapidement pour tenter de sécuriser Bagdad, dans la peur que la ville tombe elle aussi, et peu de grands assauts ont été lancés contre la capitale au cours des dernières semaines.

L'explosion la plus meurtrière de samedi a eu lieu dans le quartier chiite d'Abu Dashir, où un kamikaze a fait foncer sa voiture piégée contre un point de contrôle, tuant au moins neuf personnes et en blessant 19, ont indiqué des responsables. Quatre policiers comptent parmi les victimes.

Plus tard dans la journée, trois autres voitures piégées, dans différents quartiers de la capitale, ont explosé en moins de 10 minutes; ces attaques ont fait au moins 15 victimes et 42 blessés supplémentaires, mentionne la police. Une autre voiture piégée, cette fois dirigée contre un arrêt d'autobus, a tué trois individus et fait 15 blessés.

Des responsables des services de santé ont confirmé le macabre bilan.

L'offensive sunnite, menée par l'État islamique, s'est propagée à des régions à l'ouest de Bagdad, en plus de s'installer dans une série de régions sunnites s'étendant au nord et au sud de la capitale. Bagdad elle-même est majoritairement peuplée de chiites.

L'armée irakienne a lancé une contre-offensive à la fin du mois dernier pour tenter de déloger les rebelles de la ville de Tikrit, à 130 kilomètres au nord de Bagdad. Cette tentative a permis de sécuriser la majeure partie de l'autoroute allant de Tikrit à la ville de Samarra, qui abrite les plus importants autels chiites, mais Tikrit elle-même est toujours territoire rebelle.

Au nord-ouest de Tikrit, d'importants combats ont fait rage autour d'une base aérienne ayant précédemment servi à l'armée américaine. Samedi, un porte-parole de l'armée a nié les informations voulant que les militants se soient emparés de l'endroit, soutenant plutôt que les troupes régulières avaient repoussé une attaque vendredi et que la base était toujours entre les mains du gouvernement. Trois responsables de la sécurité ont confirmé que des militants ont lancé un assaut jeudi soir, détruisant un mur d'enceinte, ainsi qu'un hélicoptère.

PLUS:pc