NOUVELLES

Crash en Ukraine: le site "est totalement chaotique" selon l'Australie

19/07/2014 11:16 EDT | Actualisé 18/09/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre australien a qualifié dimanche de "totalement chaotique" le site du crash de l'avion malaisien dans l'est de l'Ukraine, ajoutant redouter que l'altération des lieux se poursuive.

Tony Abbott a ainsi joint sa voix à celles d'autres pays --États-Unis, Pays-Bas, Malaisie...-- pour réclamer la coopération de la Russie dans l'enquête sur le Boeing 777 de Malaysia Airlines, qui transportait 298 personnes et qui a probablement été abattu par un missile jeudi au-dessus d'une zone en proie au conflit.

La priorité est de récupérer les corps, a ajouté le chef du gouvernement d'Australie, dont 28 citoyens étaient à bord du MH17.

"La difficulté est que le site est chaotique, totalement chaotique", a-t-il ajouté à la télévision australienne ABC. "Le genre de choses qui sont habituellement conduites sur le site d'un crash aérien ne le sont pas" dans cette affaire-là.

Plusieurs tentatives de se rendre sur les lieux ont échoué à cause du conflit qui se déroule dans cette région proche de la frontière russe, a indiqué le Premier ministre.

"Il est donc absolument impératif que l'Australie fasse tout son possible pour récupérer les corps, s'assurer que le site soit préservé, qu'une enquête véritable ait lieu et que justice soit faite".

Le site est en zone rebelle, contrôlée par les séparatistes pro-russes, une situation qui rend les opérations particulièrement complexes.

"Ma crainte est que la Russie dira la chose à dire, mais que sur le terrain, des interférences avec le lieu, les enquêteurs et un traitement digne des corps se poursuivent", selon Tony Abbott.

"Les Russes, comme on a pu le voir ces dernières 48 heures, tentent de se laver les mains de tout ça", a-t-il encore dit. "Mais il leur est impossible de se laver les mains de quelque chose qui est arrivé en territoire contrôlé par les Russes, et provoqué visiblement par des individus soutenus par les Russes, avec vraisemblablement un armement fourni par les Russes".

Les États-Unis jugent "inacceptable" la situation sur le site du crash, selon les mots du porte-parole du département d'État américain Jen Psaki, prononcés samedi soir.

Le chef de la diplomatie néerlandaise Frans Timmermans s'est dit "choqué" et "indigné" par le traitement des corps, dont 192 étaient des citoyens néerlandais.

Et le ministre malaisien des Transports Liow Tiong Lai a d'ores et déjà déploré que "des indices vitaux" n'aient pas été préservés sur place.

mfc/fmp/abl

PLUS:hp