NOUVELLES

Tunisie: le premier ministre hausse le ton après des attaques contre l'armée

18/07/2014 04:43 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

TUNIS, Tunisie - Le premier ministre de la Tunisie, Mehdi Jomaa, a annoncé que son gouvernement entendait mener une lutte féroce aux cellules qui recrutent des Tunisiens pour mener la guerre sainte à l'étranger de même qu'aux imams qui prônent le recours à la violence.

Le premier ministre Jomaa a fait cette déclaration jeudi soir lors d'un discours à la nation présenté à la télévision. Il a précisé que trop de Tunisiens s'étaient enrôlés dans le djihad en Irak et en Syrie.

La veille, en soirée, des militants d'un groupe terroriste avaient perpétré deux attaques simultanées contre des postes de l'armée tunisienne, faisant au moins 14 morts.

La Brigade Okba Ibn Nafaa, qui aurait des liens avec le réseau terroriste al-Qaïda, a revendiqué la responsabilité de ces attaques survenues dans une région montagneuse, au coucher du soleil, lors d'une fête du Ramadan dans la région du Mont Chaambi, près de la frontière avec l'Algérie.

Sur sa page Facebook, la brigade Okba Ibn Nafaa qualifie les soldats tunisiens de tyrans.

Dans le passé, cette organisation a revendiqué d'autres attaques dans la région du Mont Chaambi où l'armée tunisienne tente depuis quelques années de chasser des éléments terroristes.

Le premier ministre Jomaa a affirmé dans son allocution que de telles attaques cherchaient à faire dérailler la transition de la Tunisie vers la démocratie entreprise en 2011 après plusieurs années de dictature.

En chassant du pouvoir le dictateur Zine el-Abidine Ben Ali, la Tunisie a amorcé le mouvement appelé «printemps arabe», qui a donné lieu à des réformes socio-politiques dans plusieurs pays arabes.

PLUS:pc