NOUVELLES

Syrie: l'OSDH dénonce un "massacre" par des jihadistes dans un champ gazier

18/07/2014 06:02 EDT | Actualisé 17/09/2014 05:12 EDT

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a dénoncé vendredi le "massacre" d'au moins 115 personnes la veille par les jihadistes de l'Etat islamique (EI) lors de la prise d'un champ gazier à Homs dans le centre de la Syrie.

"Les exécutions sommaires de combattants ou de civils sont un crime de guerre, quelque soit la partie qui les commet dans le conflit. Ce sont des prisonniers de guerre et ils ne doivent pas être exécutés", à affirmé à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"L'Etat islamique a commis un nombre incalculable de crimes de guerre", a-t-il ajouté, alors que la Syrie est ravagée depuis trois ans par une guerre civile rendue complexe avec l'implication de jihadistes, la plupart venus de l'étranger.

Selon un nouveau bilan de l'OSDH, lors de l'attaque du champ gazier de Chaar, à l'est de Palmyre, "la plus importante menée par l'EI contre le régime, au moins 11 employés civils et 104 gardes dépendant du ministère du Pétrole et des miliciens pro-régime des Forces de défense nationale ont été tués".

Auparavant, cette organisation avait fait état de la mort de 90 personnes dont 25 employés civils. En outre, le sort de 250 autres personnes travaillant sur le site demeure inconnu, précise cette organisation.

Le gouvernement n'a pas pour le moment confirmé ces morts mais des partisans du chef de l'Etat Bachar al-Assad ont posté sur internet des photos de cadavres et ont qualifié l'attaque de "massacre".

Un partisan du régime écrit sur Twitter: "trente dépouilles ont été transportées de Chaar à l'hôpital de Homs. Homs continue à saigner".

Une vidéo, prise par les jihadistes de l'EI sur le champ gazier et distribuée sur YouTube, montre des dizaines de corps, certains semblent avoir reçu une balle dans la tête d'autres étaient mutilés, gisant dans le site désertique. L'un des jihadistes frappe avec sa chaussure la tête d'un cadavre.

Sur une autre vidéo, un jihadiste pose devant des corps. Il parle en allemand en y insérant des insultes en arabe.

L'Etat islamique, qui a proclamé un califat sur les régions qu'il a conquises en Syrie et en Irak voisin, s'est déjà rendu maître de plusieurs champs pétroliers dans la province orientale syrienne de Deir Ezzor.

kam-ser/sk/hj

PLUS:hp