NOUVELLES

Olympiade d'échecs en Norvège : le président de la Fide hausse le ton

18/07/2014 10:48 EDT | Actualisé 17/09/2014 05:12 EDT

Le président de la Fédération internationale des échecs (Fide), Kirsan Ilioumjinov, a sommé vendredi les organisateurs norvégiens de la prochaine Olympiade d'échecs de revenir sur leur décision d'écarter une dizaine d'équipes retardataires sur fond de lutte de pouvoirs au sommet de la discipline.

L'annonce cette semaine selon laquelle l'équipe féminine russe, tenante du titre, et neuf autres délégations ne pourraient participer à l'Olympiade à Tromsoe (Nord de la Norvège) du 1er au 14 août avait fait des remous.

Le comité d'organisation avait motivé cette mesure par le fait que ces équipes n'avaient pas été enregistrées avant la date-butoir du 1er juin.

"La Fide ne peut accepter la façon dont le comité organisateur traite de nombreuses fédérations nationales en retardant les inscriptions et les invitations pour les visas, et en ignorant les décisions, règlements et contrats signés", a objecté M. Ilioumjinov dans une lettre envoyée vendredi aux Norvégiens et publiée sur le site internet de la Fédération.

Invoquant les pouvoirs que lui confère le règlement, le responsable russe a enjoint les organisateurs à laisser l'équipe féminine russe et huit autres fédérations, plus petites (Afghanistan, Gabon, Pakistan, Cambodge, République centrafricaine, Côte d'Ivoire, Oman et Sénégal), participer à l'Olympiade.

Le nom de la 10e délégation concernée par les retards n'est pas connu et n'est pas cité dans sa lettre.

"Nous avons reçu la lettre et nous ne faisons pas de commentaires avant d'avoir examiné son contenu de plus près", a réagi auprès de l'AFP le directeur du comité d'organisation, Boerge Robertsen.

La Fide a donné au comité jusqu'à lundi pour confirmer qu'il accepterait toutes les délégations.

L'imbroglio a pour toile de fond une lutte de pouvoirs pour la présidence de la Fide qui doit faire l'objet d'un vote pendant l'Olympiade. Un duel oppose M. Ilioumjinov, aux méthodes très controversées, et la légende des échecs, l'ex-champion Garry Kasparov, qui a les préférences des grosses fédérations occidentales.

"Kirsan (Ilioumjinov), malgré tous les reproches qu'on peut lui faire, a toujours choyé les petites fédérations et c'est sans doute pour cela qu'elles lui sont reconnaissantes et redevables, et qu'il a toujours été réélu jusqu'à présent", a expliqué à l'AFP Gérard Demuydt, un responsable du magazine Europe Échecs.

S'exprimant auprès d'un autre site internet spécialisé, www.chessdom.com, M. Ilioumjinov a écarté la possibilité évoquée par certains que l'Olympiade soit annulée ou déplacée. "Elle restera à Tromsoe", a-t-il dit.

phy/bds

PLUS:hp